Affaire des assistants parlementaires FN : l’Europe réclame 339 000 euros à Marine Le Pen

Marine Le Pen fait l’objet d’investigations approfondies de la part de l’Office européen de lutte antifraude concernant l’emploi de deux assistants parlementaires. D’après une enquête de « Marianne » et « Mediapart », l’organisme de contrôle de l’Union européenne soupçonne la présidente du FN d’avoir salarié Catherine Griset et Thierry Légier alors qu’ils travaillaient pour le compte du parti. Montant du préjudice présumé pour le contribuable européen : 339 000 euros.

12718-100247390

L’ardoise pourrait être salée. Selon une enquête de Marianne et Mediapart, l’Office européen de lutte antifraude (Olaf) a demandé en août au Parlement européen de lancer une procédure de recouvrement à l’encontre de Marine Le Pen. L’organe de contrôle soupçonne la présidente du Front national d’avoir indûment perçu aux frais du contribuable européen une somme de 339 000 euros. Alertée par un courrier de l’Olaf lui notifiant ses doutes quant à l’usage des fonds au bénéfice de deux assistants parlementaires qui auraient travaillé essentiellement comme permanents pour le FN, Marine Le Pen est restée silencieuse. Tout comme elle n’a pas fait parvenir de remarques au secrétariat général du Parlement européen, qui lui a fait suivre un second courrier fin septembre. L’eurodéputée bénéficie de quelques jours encore pour transmettre des justifications. Dans le cas contraire, elle sera contrainte de régler la douloureuse.

Ces 339 000 euros litigieux correspondent à des salaires versés entre 2010 et 2016, soit l’actuelle et la précédente législature, à deux assistants de Marine Le Pen dont les identités ont fait tiquer les enquêteurs de l’Olaf. Quelques dizaines de milliers d’euros alloués par Bruxelles correspondraient ainsi à la rétribution de Thierry Légier, embauché comme assistant local de la présidente du parti d’extrême droite pendant quelques mois à la fin de l’année 2011. L’assistant local d’un eurodéputé est notamment chargé de tenir la permanence de son employeur dans sa circonscription d’élection, en l’occurrence la région Nord-Ouest. C’est à lui que revient la responsabilité de faire le lien entre l’élu(e) et ses électeurs. Or, à cette date, Thierry Légier, qui a travaillé , assurait la protection au quotidien de la benjamine de la famille. Sauf à être doté du don d’ubiquité, on imagine mal l’ancien militaire d’1m90 protéger sa patronne à Bruxelles quand elle y est et la suppléer en même temps à Hénin-Beaumont quand elle n’y est pas.

Le reste, soit la grande majorité des 339 000 euros en question, provient du salaire alloué à Catherine Griset pour son job d’assistante accréditée de Marine Le Pen au Parlement européen.

Cette vieille amie, par ailleurs ex belle-sœur de l’eurodéputée, était chargée entre 2010 et 2016 de l’assister dans l’exercice de son mandat à Bruxelles et Strasbourg. Un contrat à temps plein équivalent à celui d’un fonctionnaire européen qui, selon les enquêteurs de l’Olaf, n’était pas compatible avec ses responsabilités au FN. Catherine Griset aurait ainsi réussi la prouesse de cumuler sous l’actuelle et la précédente législature son activité au Parlement et ses responsabilités au cabinet de Marine Le Pen. Avant d’être promue, en février 2015, chef de cabinet de la présidente à Nanterre, au siège du FN, Griset a notamment géré son secrétariat. Il y a peu, ce bourreau de travail a changé de casquette, passant du statut d’assistante accréditée à celui… d’assistante locale. Son nom figurait encore en fin de semaine dernière sur de Marine Le Pen au Parlement. Il a disparu depuis. Sollicitée, la présidente du Front national n’a pas souhaité réagir à ces informations.

L’avocat de Marine Le Pen, Me Marcel Ceccaldi, dénonce une « manœuvre » et une « tartufferie » : « Comment voulez-vous segmenter le travail des assistants d’un député et découper en tranche de chronomètre ses activités, a fortiori lorsqu’il s’agit de la présidente d’une formation politique de premier plan ?, tonne-t-il. Est-ce que l’exécutif du Parlement a le droit et le pouvoir de contrôler l’activité des assistants en demandant un mémoire sur leur travail ? C’est la liberté même du mandat qui est en cause ». Et l’avocat de l’eurodéputée de critiquer « une instrumentalisation du statut des assistants parlementaires » dans le but, selon lui, de « restreindre l’action politique de Marine Le Pen au Parlement et de censurer une parole critique au sein de cette assemblée en ne lui donnant plus les moyens matériels de mener à bien son action. » Me Ceccaldi entend organiser la contre-attaque. Outre le recours qu’il compte porter devant la cour de Justice de l’Union européenne, il annonce d’ores et déjà une conférence de presse à Bruxelles dans quinze jours « pour tout mettre à plat ».

Les suspicions concernant Marine Le Pen et ses deux assistants s’inscrivent dans le cadre  connue comme « l’affaire des assistants parlementaires FN ». Depuis le début de l’année 2015, l’Olaf épluche les activités des eurodéputés FN et de leurs employés. A l’époque, l’organisme de lutte contre la fraude est saisi par le social-démocrate allemand, Martin Schultz, qui s’étonne de voir un nombre important d’assistants frontistes disposer en parallèle d’un titre dans l’organigramme officiel du parti. Le président du Parlement européen en dénombre une vingtaine. Face à l’ampleur supposée du phénomène, , pièces à l’appui. Aussitôt, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour un « abus de confiance » présumé à l’encontre du FN qu’il confie à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). L’enquête française porte alors sur des faits qui débutent au début de l’actuelle mandature, en juillet 2014. Mais sur la base des conclusions d’un « rapport d’enquête administrative » transmis par l’Olaf à Paris le 26 juillet, les investigations ont été étendues, fin août, à des faits couvrant désormais la période 2010-2016. Contacté, le cabinet de Martin Schultz n’a pas souhaité faire de commentaires. Pas plus que le service de communication du Parlement européen, également sollicité.

L’activité des assistants parlementaires de deux autres eurodéputés FN, Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch, ont déjà fait l’objet d’un examen poussé de la part des services de l’Europe. Le fondateur du parti réputé pour son euroscepticisme  de Jean-François Jalkh, l’actuel vice-président du FN, également député européen. N’ayant pu fournir les preuves du travail réalisé par son ex collaborateur, Jean-Marie Le Pen, également défendu par Me Ceccaldi, s’est vu réclamer le remboursement de 320 000 euros. Bruno Gollnisch, lui, a été sommé de rendre 270 000 euros pour des faits similaires impliquant Guillaume Lhuillier, le directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen. Qualifiées de « persécutions », ces accusations ont
été formellement démenties par les intéressés.

Source : Marianne