Affaire Bygmalion : un logiciel au rabais met à mal l’enquête

Selon « Le Canard Enchaîné », une version de démonstration d’un logiciel aurait été utilisée pour analyser les disques durs retrouvés lors des perquisitions réalisées dans le cadre de l’affaire Bygmalion.

L’enquête sur l’affaire Bygmalion se poursuit. Selon Le Canard Enchaîné, les disques durs saisis lors des perquisitions au siège de l’UMP et chez la société d’événementiel sont analysés par un logiciel. 600 gigaoctets d’informations, qui représentent « l’équivalent de plusieurs centaines de milliers de documents », sont concernées. Cependant, le journal précise qu’ils auraient été étudiés par « un logiciel de démonstration », car « il n’y avait pas les sous pour acheter la version commerciale ».

>> Comprendre l’affaire Bygmalion
>>Bygmalion, Karachi, Tapie… toutes les casseroles de Nicolas Sarkozy
Le Canard Enchaîné ajoute que « l’examen des PV montre que les enquêteurs n’ont toujours pas posé les bonnes questions (…) Lorsqu’ils ont passé au crible le disque dur de Jérôme Lavrilleux, responsable de la logistique pour la campagne de Nicolas Sarkozy, les poulets n’ont jamais eu l’idée de taper ‘Nicolas Sarkozy’, ni ‘Sarkozy’, ni ‘NS' ». Autre élément troublant concernant le disque dur de Guy Alvès, le dirigeant de la société, « ils ont procédé à une recherche avec le terme ‘meeting’, sauf qu’ils l’ont orthographié ‘metting' ».

Source : RTL