Affaire Cahuzac: l’étrange omission de Marine Le Pen…

En voyage dans les Ardennes, Marine Le Pen a soigneusement pris ses distances avec l’affaire Cahuzac. Alors qu’elle savait qu’en 1992, l’un de ses proches, Philippe Péninque, avait aidé l’ex-ministre à ouvrir son compte en Suisse…

1819707
Philippe Péninque, en chemise rouge au deuxième plan, photographié ici lors du défilé du FN le 1er mai 2011 à Paris, est un proche de Marine Le Pen, présidente du Front national. ( MAXPPP)

Un nouveau nom fait son apparition dans l’affaire Cahuzac. Philippe Péninque, un proche de Marine Le Pen, a ouvert le compte de Jérôme Cahuzac chez UBS en 1992, rapportent mercredi 3 avril la radio suisse RTS et Le Monde. Cet ex-avocat, spécialisé à l’époque dans les montages fiscaux, aurait agi pour le compte de l’ancien ministre du Budget, « avec lequel il entretenait des relations amicales », selon les deux médias.

Que sait-on sur cette ouverture de compte ?

Contacté par la RTS et Le Monde, Philippe Péninque « a dans un premier temps affirmé qu’il était possible qu’il ait ouvert le compte de Jérôme Cahuzac dans le cadre de son activité professionnelle de l’époque ». Puis il « a reconnu avoir entretenu des relations amicales avec Jérôme Cahuzac qui était alors médecin ». Et d’affirmer ensuite, toujours selon les deux médias : « Ce qui est illégal, c’est de ne pas déclarer un compte, pas d’aider à l’ouvrir ; Jérôme Cahuzac avait besoin d’un compte, je l’ai aidé à l’ouvrir. »

Des informations également relayées par L’Express à qui Philippe Péninque déclare: « Oui, j’ai ouvert en 1992 un compte pour Jérôme Cahuzac, qu’il ne le déclare pas, ce n’est pas mon problème. » Et quand l’hebdomadaire l’interroge sur sa réaction lors des révélations de Mediapart en décembre 2012, l’homme répond :  » Je ne m’en souvenais plus. Objectivement, c’était il y a plus de 20 ans… »

Quels liens entretenaient Jérôme Cahuzac et Philippe Péninque ?

L’ancien ministre du Budget s’est lié d’amitié avec l’ex-avocat par le biais de son épouse Patricia, cousine de la femme de l’associé de Péninque au sein d’un cabinet d’avocats parisiens. Comme il le confirme à L’Express, l’avocat est devenu un ami de Jérôme cahuzac avec qui il jouait notamment au golf. Mais c’est en tant qu’avocat du futur ministre du Budget que Philippe Péninque a ouvert ce compte en Suisse en 1992. « Ce n’est qu’en 1993, que ce compte a été récupéré en nom propre par l’ancien ministre via la société financière Reyl & Co, basée à Genève, qui ne possédait alors pas de licence bancaire », écrit RTS. Plus tard, poursuit la radio suisse, « le compte aurait été transféré en 2009 à Singapour, dans la filiale locale de la banque hélvétique Julius Baer ».

En quoi Marine Le Pen est-elle impliquée ?

Philippe Péninque est un proche de Marine Le Pen. Cet ex-membre du GUD, un syndicat étudiant d’extrême droite radicale, est aussi ancien membre fondateur d’Egalité
et réconciliation, association créée par Alain Soral, ancien communiste et ancien membre du comité central du FN. En 2007, il avait réalisé l’audit du Front national et fait aujourd’hui partie des conseillers officieux de sa présidente, selon Le Monde.

Le quotidien relaie en outre que Philippe Péninque affirme avoir informé Marine Le Pen de ces liens avec l’ex-ministre socialiste et de l’existence du compte suisse : « Je lui ai dit que j’étais ami avec Cahuzac et peut-être que dans le cadre de mon activité professionnelle, j’avais ouvert ce compte. »

Comment la présidente du FN réagit-elle ?

Interrogée sur RTL mercredi 3 avril, Marine Le Pen a rejeté ces accusations en affirmant « qu’ouvrir un compte, ce n’est pas un délit ». La dirigeante du mouvement frontiste a rappelé qu’en 1992, à l’époque de l’ouverture du compte, elle était « étudiante en droit ». Elle a alors dénoncé « le système » qui « cherche à [l]’associer, par un biais ou par un autre, à cette affaire ».

Puis la présidente du FN, alors en déplacement dans les Ardennes, a eu un vif échange télephonique avec Florian Philippot à qui elle a assuré : « Je ne savais pas. »

Devant des militants qui trépignaient pour prendre une photo, elle a ensuite entamé son discours sur « ce ministre qui n’est pas le premier » à se faire prendre. « Je vais vous apprendre un scoop » a-t-elle confié, debout sur une chaise. « La une du monde c’est ‘un proche de Marine Le Pen a ouvert le compte de Jérôme Cahuzac’, mais je veux leur dire, vous êtes en train d’essayer de me salir moi parce que je suis la seule à qui on n’a rien à reprocher. »

Quelques heures plus tôt mercredi, la présidente du FN a demandé la démission du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée nationale à la suite de l’affaire Cahuzac. « Nous allons apprendre que le président et le Premier ministre étaient en réalité au courant depuis plusieurs semaines de la véracité de ce qui était reproché à M. Cahuzac », a prédit la leader frontiste sur i-Télé.

 

Source : francetvinfo.fr