Afghanistan : mariées de force, elles préfèrent se suicider avec du raticide

Le nombre de suicides et de tentatives de suicides a bondi au cours des quatre dernières années chez les filles et femmes afghanes âgées de 15 à 29 ans. En particulier celles qui sont mariées de force durant leur plus jeune âge.

Afghanistan : mariées de force

Dans la province de Ghor, une région reculée située au centre de l’Afghanistan, les raticides sont « à la mode » ces jours-ci. Non pas pour leurs effets sur les rongeurs mais pour… se suicider. Preuve de l’impact de ce qui est en train de devenir un phénomène de société, le gouverneur a ordonné la semaine dernière de retirer ces produits de la vente.

Une décision prise après le suicide de Fatima, une fille de 16 ans. « Fiancée à l’âge de trois ans à l’un de ses proches », elle avait été « abandonnée par son fiancé », a expliqué un porte-parole du gouverneur. Selon lui, Fatima était la cinquième fille d’affilée  vivant dans la province à absorber de la mort-aux-rats afin de se suicider -et la première à « réussir » sa tentative. « Fatima était rentrée chez son père pour avaler du poison à cause de ce mariage précoce ».

>> Témoignage: des femmes livrées aux prisonniers dans les prisons chinoises

« La plupart sont des femmes âgées de 15 à 29 ans »

Si elle est la première à en mourir, le drame de Fatima illustre un phénomène qui prend de l’ampleur dans le pays. « Sur les quatre dernières années, le nombre de personnes ayant tenté ou s’étant suicidées a fortement augmenté, atteignant les 10.000 » soit une moyenne annuelle de 2.500, contre « seulement 1.205 en 2012 », a affirmé le ministère de la Santé dans une étude publiée sur le site du gouvernement afghan.

« Sur les dix derniers mois, rien qu’à Herat (ndlr : dans l’ouest du pays), environ 500 tentatives de suicides ont été enregistrées par les hôpitaux de la ville, contre 400 l’an dernier à la même période », précise le ministère. « Environ 80% étaient des femmes qui ont avalé de l’acide, des poisons, des pesticides et de la mort-aux-rats. La plupart sont des femmes âgées de 15 à 29 ans ».

Difficile de savoir s’il s’agit d’un meilleur enregistrement des cas de suicides ou d’une véritable hausse. Mais le ministère évoque « les pressions économiques et sociales » comme principales causes de cette augmentation vertigineuse, dans un pays en guerre depuis quatre décennies et où la sécurité se détériore. Les ONG et médias afghans, eux, avancent fréquemment mariages précoces et forcés et mauvais traitements comme causes majeures de suicide. L’été dernier à Ghor, une fille de 16 ans, mariée à 14 ans et enceinte, avait ainsi mis le feu à ses vêtements. Elle était morte à l’hôpital de Kaboul.

Source : metronews