Après Irma: Macron lance les plus grands ponts aériens depuis la Seconde Guerre mondiale

Le président Emmanuel Macron est arrivé à Pointe-à-Pitre, où il doit répondre aux accusations de gestion tardive de la crise et des moyens mis en place pour la reconstruction.


Très attendu, l’avion du président Emmanuel Macron s’est posé ce mardi à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe en fin de matinée. « Je suis ici pour dire toute la solidarité de la communauté nationale après ce qui s’est passé, c’est toute la France et la nation qui est côté des victimes », a déclaré Emmanuel Macron lors de sa première prise de parole après son arrivée à la suite de l’ouragan Irma, qui a fait 11 morts et « plusieurs blessés et disparus » sur le territoire français.

Ce déplacement intervient en pleine polémique sur sa gestion tardive de la crise. « L’anticipation a été complète, (…) il n’était pas possible d’avoir une anticipation supérieure, a assuré le chef de l’Etat. Ce que nous avons mis en, place, c’est l’un des plus grands ponts aériens depuis la Seconde Guerre mondiale, a déclaré le président » – un pont dont il a donné le coût: « 50 millions d’euros ».

« Il y a 1900 forces de l’ordre et forces armées à Saint-Martin pour sécuriser l’île, plusieurs avions et hélicoptère qui font la navette, a-t-il ajouté. Les moyens sont là, avec un retour à l’ordre public partout où nous avons connu des débordements inacceptables »

Comparable « à aucun autre événement »

Le chef de l’État a insisté sur l’implication totale des autorités après le passage d’Irma, se disant même « favorable » à la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour lever toute ambiguité. « Ce qui s’est passé est une catastrophe naturelle dont nous retrouvons le précédent qu’en 1931, qu’on ne peut comparer à aucun autre évènement dans les dernières décennies, a-t-il rappelé. Face à ça, le gouvernement a répondu dès que l’information a été donnée, donc plusieurs jours avant, et constamment tout au long de la crise. »

Le président a insisté à plusieurs reprises sur le fait que « le retour à la vie normale » était la « priorité absolue ». En ce qui concerne la scolarité des élèves, il doit être effectif « d’ici à la Toussaint ». Il veut par ailleurs une reconstruction répondant « aux exigences sismiques et environnementales ».

Emmanuel Macron devait ensuite se rendre à Saint-Martin et Saint-Barthélémy pour un vol de reconnaissance avant de rencontrer les sinistrés et victimes de l’ouragan Irma, en leur apportant notamment quelques 12 tonnes de matériel.

Source : L’Express