Argent public détourné au Sénat: les chèques secrets de François Fillon

Après avoir révélé que le candidat LR à l’élection présidentielle aurait bénéficié de fonds publics du Sénat, Mediapart a publié deux chèques au nom de « Fillon » et « François Fillon ».

chèques secrets de François Fillon

En plein « Penelope Gate », c’est une autre affaire révélée par Mediapart vendredi 28 janvier qui a éclaboussé François Fillon. Le journal a révélé que le candidat Républicain à l’élection présidentielle n’a pas seulement salarié son épouse avec les fonds publics mis à disposition par le Parlement, avec des soupçons d’emploi fictifs à la clé, mais qu’il aurait également bénéficié de fonds publics lorsqu’il se trouvait au palais du Luxembourg.

Ce samedi 4 février, Mediapart affirme avoir retrouvé la trace de chèques à l’ordre de François Fillon et en a publié deux. Un premier chèque d’un montant de 3.221,73 euros au nom du candidat à la présidentielle et un talon de chèque d’un montant de 3.205, 41 euros au nom d’un certain « Fillon ». Seulement, les deux chèques publiés par le site d’investigation ne comportent aucune date. « En réalité, c’est le cas pour l’ensemble des chèques signés au nom de François Fillon, le procédé exigeant souplesse et discrétion », explique Mediapart.

Un système de commissions occultes

Pour rappel, le journal a révélé qu’à l’époque où François Fillon exerçait en tant que sénateur, il aurait empoché une partie des crédits à l’origine destinée à la rémunération des assistants et ce, grâce à un système de commissions occultes. Des sommes siphonnées entre 2005 et 2007 et qui ne dépassent sûrement pas les 25.000 euros mais le procédé reste illégal : les juges d’instruction ont estimé que ce stratagème, qui a également été utilisé et partagé avec d’autres sénateurs UMP entre 2003 et 2014, pouvait relever d’une infraction pénale.

L’information judiciaire ne porte à ce stade que sur des faits antérieurs à 2009, période à laquelle François Fillon avait quitté le palais du Luxembourg et exerçait déjà en tant que Premier ministre. Son cas ne fait donc pas l’objet d’investigations, mais selon les témoignages et documents rapportés par Mediapart, il se pourrait que le candidat Les Républicains, alors sénateur, ait bien bénéficié de captation de fonds publics au cours de son mandat.

Source : rtl.fr