Assurance obsèques : « Plus le temps passe, plus on cotise à perte »

L’association a étudié de près huit contrats d’assurance obsèques commercialisés par les principaux acteurs du marché en France. Constat : pour 4.815 euros versés en moyenne par le souscripteur, le capital auquel pourraient prétendre ses proches est 20 ans plus tard de 3.838 euros.

f1074f96c506553f5ff291587ee4d1f1-627x405

« Financer et/ou organiser vos obsèques à l’avance, c’est faire preuve de bienveillance envers vos proches en les soulageant financièrement et matériellement dans ce moment douloureux », clame par exemple une publicité. Mais jusqu’où va la bienveillance des assureurs ?

60 Millions a scruté huit contrats d’assurance obsèques commercialisés par les poids lourds du secteur. Le constat est effrayant. Pour 4 815 € versés en moyenne par le souscripteur, le capital décès auquel pourraient prétendre les proches ne sera, 23 ans plus tard, que de 3 838 € !

Gouffre financier

Et encore, il s’agit d’une moyenne. Certaines compagnies sont particulièrement voraces et vont même jusqu’à amputer de 40 % les sommes versées aux bénéficiaires.

Un gouffre financier qui ne cesse de s’agrandir au fil des ans. Au fond, une fois que l’on a souscrit, pour être gagnant, il faudrait en venir à souhaiter mourir le plus tôt possible !

La liberté d’être enchaîné à vie

La liberté, la tranquillité et la sérénité tant promises dans les publicités et les brochures sont loin d’être au rendez-vous. Liberté ? Liberté d’être enchaîné à vie à des cotisations élevées. Tranquillité ? Pas du tout. Pour obtenir le déblocage des fonds, c’est souvent le parcours du combattant. Sérénité ? Encore moins. Les proches peuvent découvrir que la somme versée par l’assureur ne sera pas suffisante pour couvrir les frais funéraires.

60 Millions de consommateurs estime aberrant que les sommes versées sur les contrats d’assurance obsèques dorment au seul profit des assureurs et ne soient jamais revalorisées. Alors que la durée de détention de ces produits peut être très longue, cette absence de revalorisation met en péril la finalité du contrat : garantir le règlement des obsèques.

Source : http://www.60millions-mag.com