Astrophysique. Stephen Hawking propose une nouvelle solution aux mystères des trous noirs

Selon une théorie dévoilée cette semaine par le célèbre physicien, un trou noir n’avale pas ni ne détruit l’information physique qui y tombe. Il la stocke dans son ‘horizon’.

This image released by the European Southern Observatory (ESO) on June 19,2013 of an artist’s impression shows the surroundings of the supermassive black hole at the heart of the active galaxy NGC 3783 in the southern constellation of Centaurus (The Centaur). New observations using the Very Large Telescope Interferometer at ESO’s Paranal Observatory in Chile have revealed not only the torus of hot dust around the black hole but also a wind of cool material in the polar regions. RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY - M. KORNMESSER" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

“Si vous sentez que vous êtes dans un trou noir, n’abandonnez pas”, a conseillé à son audience Stephen Hawking lors d’une conférence publique à Stockholm le 24 août. “Il y a un moyen de sortir”, a-t-il ajoutéDeux jours plus tard, il dévoilait sa nouvelle théorie sur les trous noirs devant un parterre de physiciens réunis pour une semaine de conférences au KTH Royal Institute of Technology en Suède.

Les trous noirs sont des étoiles qui se sont effondrées sous leur propre gravité, si denses qu’elles attirent à elles tout ce qui passe à proximité et produisent des forces de gravitation telles que même la lumière ne peut s’en échapper. “On pense que tout ce qui tombe dedans est entièrement détruit par cette gravité massive”, explique New Scientist.

Paradoxe de l’information

“Mais ce que vous ne savez peut-être pas, poursuit le journal spécialisé, c’est que les physiciens débattent depuis quarante ans au sujet de ce qui arrive aux informations de ces objets, une fois qu’ils tombent dedans [dans un trou noir]. La mécanique quantique dit que ces informations ne peuvent pas être détruites mais, selon la théorie de la relativité générale, elles le sont forcément  – c’est pourquoi l’on parle de paradoxe de l’information.”

La théorie que propose Hawking à présent, c’est que les informations ne sont pas détruites par les trous noirs, elles y sont stockées. “Non pas à l’intérieur d’eux comme on pourrait s’y attendre, mais à leurs frontières, dans l’‘horizon’”, explique The Christian Science Monitor, reprenant les propos du physicien. L’“horizon” est une sorte de sphère autour du trou noir, dont rien ne peut s’échapper. C’est le fameux point de non-retour pour ceux qui ont vu le film Interstellar.
Ce qu’Hawking suggère, développe New Scientist, c’est que “les informations sont traduites sous forme d’hologramme – une description 2D d’objets 3D – qui se trouve à la surface de l’horizon”. Les radiations de Hawking – un concept introduit par le physicien lui-même dans les années 1970, qui dit que des photons sont émis par les trous noirs en raison des fluctuations quantiques – peuvent, quand elles sont émises, embarquer certaines informations stockées dans l’horizons, constituant pour
ces dernières un moyen de sortir.Pour autant, “les informations sur les particules entrantes sont bien renvoyées, mais sous une fome chaotique et inutile, a précisé le physicien, selon New Scientist. Cela résout le paradoxe de l’information. Mais pour toutes utilisations pratiques, l’information est perdue.”
“On en saura sans doute davantage lorsque son article scientifique – équations à l’appui – sera officiellement publié, le mois prochain”, écrit le quotidien suisse Le Temps. Mais pour l’astrophysicien genevois Thierry Courvoisier “ce paradoxe de l’information, à l’interface entre mécanique quantique et relativité générale, ne sera jamais vraiment résolu tant qu’on ne disposera pas d’une théorie qui unifie ces deux cadres”.

Source : courrierinternational.com