Avec elle, les élèves savaient lire dès 4 ans. Mais ça n’a pas plu à l’éducation nationale. (VIDÉO)

Dans les milieux enseignants, on parle beaucoup, depuis la rentrée, du livre de Céline Alvarez, Les Lois naturelles de l’enfant . Pendant trois ans, dans une maternelle située en ZEP, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), cette jeune institutrice a testé sur une même classe une méthode pédagogique fondée sur les principes Montessori et sur l’apport des neurosciences.

celine_alvarez

 

Faire le ménage, apprendre à s’habiller, découvrir les continents, lire des mots, voilà la méthode utilisée dans cette école maternelle pendant trois ans, où les enfants n’avaient même plus peur des opérations compliquées. Ces élèves n’étaient pas des surdoués, mais ils ont bénéficié d’outils pédagogiques différents, sélectionnés par Céline Alverez, une enseignante révoltée par l’échec scolaire qui cherchait à « stimuler le potentiel des enfants« .

Le couperet tombe

Dans
son livre, Les lois naturelles de l’enfant, Céline détaille son expérience tout comme les nombreuses études scientifiques sur lesquelles elle s’est appuyée pour réinventer l’école. Aujourd’hui en CE2, Kenza a passé deux ans dans cette maternelle si particulière et dès la grande section, c’était une grande lectrice. Pour sa mère, Pascaline, cette expérience a transformé sa fille. Mais en 2014, le couperet tombe : malgré de bons résultats, Céline doit revenir dans le cadre ou quitter l’école. Elle démissionne.

LES LOIS NATURELLES DE L'ENFANT
LES LOIS NATURELLES DE L’ENFANT