Le Big Mac, bombe calorique

Soulevons ensemble les tranches de pain et de steak pour aller voir de plus près quelles sont les valeurs nutritionnelles  du « sandwich culte et indémodable » de McDonalds : le Big Mac. Que faut-il en penser ? Avec quoi le manger ?

Big Mac : une composition nutritionnelle déséquilibrée

Du steak haché, du pain au sésame, du cheddar fondu, des oignons des cornichons, de la salade et de la sauce « inimitable » : voilà de quoi est composé le Big Mac, « le seul, l’unique », comme on peut le lire sur le site de McDonalds.Le Big Mac, bombe calorique

 

A côte de la très belle photo du burger, il faut cliquer sur « valeurs nutritionnelles » pour en avoir les teneurs. Incohérence. Bizarrement, ces informations ne sont pas identiques avec celles qui sont données sur la fiche nutritionnelle des apports journaliers recommandés que l’on trouve en cliquant sur « décryptage des informations nutritionnelles ».

  • Un Big Mac = 510 kcal, pour 219 g

Ces calories se décomposent de la façon suivante en nutriments :

  • Protéines : 27 g (= 108 calories)
  • Lipides : 26 g (= 234 calories)
  • Glucides : 41 g (= 164 calories)
  • Sel : 2,2 g

Au moins, ces informations ont le mérite d’exister ! Le site donne la correspondance avec les apports journaliers recommandés (AJR). Pourquoi pas ? Mais ils ne sont pas les plus faciles à comprendre.

>> Vous aimez les Frites Mc Donald’s ? Cet article ne va pas vous plaire !

Une mauvaise répartition des nutriments

Première remarque : si on considère que le Big Mac est un plat complet (comme pourrait l’être une tarte, ou un cassoulet ou encore un pot-au-feu si on veut faire la comparaison avec un plat de viande), la répartition des nutriments n’est pas bonne. Idéalement, il faudrait des protéines entre 10 et 15 % (soit entre 12,7 g et 19 g de protéines), des lipides à 30 % (mais des lipides de qualité issus de « bonnes » huiles, comme celles d’olive ou de colza par exemple – soit entre 17 et 19,8 g de lipides), et des glucides (surtout des glucides complexes et à indice glycémique bas) entre 50 et 55 % (soit entre 63,7 et 10,1 g de glucides).

On en est loin avec le Big Mac ! Il contient trop de protéines, pas assez de glucides (qui sont surtout des glucides à indice glycémique élevé, comme le sucre rajouté dans la fabrication du pain). Si le taux de lipides est en-dessous des valeurs recommandées, il faut s’interroger aussi sur la qualité des lipides présent, surtout issu des matières grasses cachées de la viande et du fromage, et de celles rajoutées dans la fabrication du petit pain (alors qu’il ne devrait pas y en avoir dans le pain). Et si rajoute des frites au Big Mac, la teneur en lipides explose encore !

La teneur en sel est aussi très élevée. Elle correspond presque à la moitié des recommandations de l’OMS (5 g/jour) ! Même si la consommation réelle des Français est beaucoup plus importante, le fait de manger un Big Mac n’est pas anodin sur son le niveau réél.

Mais pour aller plus loin et pouvoir comparer le Big Mac à d’autres plats, il faut se livrer à quelques calculs.

>> Ces substances que nous cache… le kebab

Plus calorique que du cassoulet

Un Big Mac pèse 219 g. Pour pouvoir le comparer à d’autres plats, il faut commencer par refaire le calcul des calories pour 100 g.

Pour 100 g, un Big Mac apporte donc 232 kcal.

En termes de nutriments, cela donne les résultats suivants :

  • Protéines : 12,32 g
  • Lipides : 11,8 g de lipides
  • Glucides : 18,72 g de glucides.

Pour 100 g, le Big Mac est plus calorique que le cassoulet (136 kcal), que le coq au vin ( 91 kcal), que le pot-a-feu (72,2 kcal) * ! Les plats en sauce traditionnels français sont donc moins calorique que le burger américain !

Pour arriver à sa hauteur, il faut taper fort : dans les plats riches en graisses, qui utilisent du beurre pour leur fabrication, comme les tartes (tarte au saumon : 230 kcal), ou de l’huile pour leur cuisson (nuggets de poulet : 220 kcal, beignets de viande maison : 236 kcal). Seuls les plats qui associent ces deux sources de graisses dépassent le Big Mac : c’est le cas du friand  la viande (beurre dans la pâte feuilletée + huile de cuisson) qui apporte 317 kcal !

Un plat vraiment complet comme le poulet basquaise aux pâtes, avec ses 424 kcal/100 g est même mieux réparti en terme de nutriments (P : 5,7 g – L : 2,6 g – G : 13,3 g).
Idéalement, mieux vaut donc ne pas manger de Big Mac tous les jours si on veut avoir une alimentation équilibrée… et une bonne santé. Super Size Me, le film de Morgan Surlok en 2004, le montre très bien !

Comment faire pour manger équilibré avec un Big Mac ?

Pour autant, et si le Big Mac reste très occasionnel, il peut être un aliment plaisir pour ceux qui l’apprécient. Dans ce cas, il doit faire l’objet d’une véritable dégustation : le regarder, le sentir, l’observer, puis le manger, lentement, en goûtant toutes les saveurs !

Pour contrecarrer les excès de protéines et de lipides au cours du repas – et le manque de vitamines –  il faut l’accompagner de légumes crus avec très peu d’assaisonnement (fait avec des « bonnes » huiles), ou des légumes cuits à la vapeur, sans matières grasses ;   et de fruit en dessert (entier, ou en compote, sans sucre rajouté). Les laitages (en dessous de 3,5 g de lipides/pot) sont aussi une idée, mais ils apportent encore des protéines.

Le repas post Big Mac

Le mieux est de réguler les apports caloriques sur une journée. Le repas suivant celui au McDo, privilégiez les légumes : sous forme crudités ou cuits, à la vapeur, en papillotes avec des épices pour rehausser leur goût. Pensez aussi aux fruits, sous toutes leurs formes. Gorgez-vous de vitamines et de minéraux avec eux, c’est tout ce qu’il n’y avait pas dans le Big Mac.

La faible teneur en glucides du Big Mac pourra être compensée par un bon plat de féculents, ou des pommes de terre (mais pas frites, ni poêlées, ni cuites dans une matière grasse !).

Exemple de menu post Big Mac : une salade verte aux herbes, des pommes de terre à la vapeur avec leur sauce tomate maison (tomate pelées en boite + oignons + ail + curcuma + herbes de Provence), une salade de fruits frais de saison et éventuellement un laitage.

Dernier conseil : buvez… de l’eau  surtout ! La très forte teneur en sel, les protéines et les lipides vont vous assoiffer et faire travaillez votre foie et votre rein plus que de normal. Alors hydratez-vous. Et pas avec des boissons gazeuses sucrées…

Source : Consoblog