Bonne nouvelle : une usine chinoise remplace 90% des ouvriers par des robots : la production augmente de 250%, les défauts diminuent de 80%

Une usine de la ville de Dongguan en Chine a remplacé 590 de ses travailleurs par des robots et les résultats ont été stupéfiants. Alors que l’usine était gérée par 650 employés, maintenant ils ne sont plus que 60 et leur fonction principale est de s’assurer que les machines fonctionnent correctement. Cette usine fabrique des téléphones mobiles et utilise des lignes de production automatisées. Des bras robotiques « travaillent » sur les chaines et l’usine utilise même des camions de transport autonomes pour effectuer ses livraisons. Bien que 60 personne semblent déjà un très petit nombre, le directeur général a déclaré que le nombre d’employés humains à terme n’excéderai pas 20 personnes. Depuis le passage aux robots, le nombre de pièce par poste et par mois est passées de 8 000 à 21 000, soit une augmentation de 250%. Et en plus le nombre de défauts des produits est passé de 25% à seulement 5%.

robot-machine

En Chine l’initiative « Made In China 2025 » vise à appliquer les progrès technologiques à toutes les branches de l’industrie. Les autorités et les entreprises chinoises se sont fixé comme objectif d’automatiser 80% de leurs productions manufacturières d’ici 2020. Cette usine en est l’un des premiers exemples très réussit de l’application de ce plan.

« Le progrès technologique va améliorer la qualité de la vie » Guruduth Banavar, vice-président en informatique cognitive de IBM

D’un autre coté Guruduth Banavar, vice-président en informatique cognitive de IBM, a déclaré que « le progrès technologique va améliorer la qualité de la vie ». Il cite les nombreuses révolutions industrielles qui ont eu lieu au cours des deux derniers siècles qui prouvent que quand les anciens emplois ont disparu, tout autant de nouveaux métiers sont apparu pour les remplacer. Par exemple lorsque les machines ont commencé à remplacer les ouvriers agricoles il y a environ 250 ans, les gens se sont tournés vers les villes et les usines pour trouver de nouveaux emplois. « De la même manière » souligne-t-il « nous auront besoin de travailleurs qualifiés pour réparer et de programmer ces machines ».

Sans aucun doute, nous allons de plus en plus souvent entendre parles des robots dans le usines. Et pas seulement en Chine, Adidas par exemple a déjà annoncé un changement vers des usines uniquement peuplée de robot. Et cela ne concerne pas que ouvriers, selon un rapport de l’Université d’Oxford, il y a plus de 90% de chances que les robots prennent les emplois de : fiscalistes, analystes budgétaires, secrétaires juridiques, opérateurs radio, caissiers, hôtesses d’accueil, serveurs, mais aussi de prothésistes dentaires, d’opérateurs téléphoniques, de journalistes et bien d’autres encore. La liste est longue, très longue. Dans un rapport paru en 2016 le gouvernement américain s’inquiète de l’impact des robots sur l’économie. Ce rapport souligne entre autres qu’il y a 83% de chances que les travailleurs qui gagnent 20 $ de l’heure ou moins voient leur travail remplacé par des robots et que ceux qui gagnent 40 $ l’heure ont 31% de probabilité que leur travail pris en charge par les machines. La masse de gens qui dans un court terme ne sera pas formée à ces nouvelles technologies ne pourra plus fonder son intégration sur l’emploi salarié car il sera devenu rare. Nous sommes véritablement confrontés à une révolution existentialiste.

Ce n’est pas une simple « destruction créatrice » c’est un bouleversement en profondeur de tous les pans de la société humaine, de l’organisation du travail et par la même de la survie de notre mode de vie.

J’ai des sentiments très mitigés à ce sujet. Tout d’abord, c’est vraiment excitant. Nous entrons dans une nouvelle ère de l’automatisation, et la technologie atteint vraiment des sommets impressionnants. Je suis également heureuse que les humains aient pour perspective de ne plus avoir à travailler de façon répétitive, voire dangereuses dans des emplois peu épanouissants et qu’ils puissent avoir la possibilité de se concentrer sur des métiers plus créatifs et porteurs de sens. Mais le problème principal est … qu’il pourrait ne pas y avoir d’autres emploi. Selon le MIT, chaque robot introduit dans une industrie, conduit à la destruction de 6,2 postes dans la zone géographique qui l’entoure. Car en plus de remplacer un travailleur, le robot va également avoir des répercussions sur l’ensemble des économies qui dépendent de l’industrie en question. Et peu de métiers semblent être à l’abri, il y a fort à parier que dans moins d’un siècle, les taxis seront des robots, les banquiers seront des chatbots et les ouvriers des bras robotiques. De fait, le débat économique mérite d’être mené de façon dépassionné et objective, car entre ceux qui nous exhortent à devenir des humains augmentés pour ne pas être concurrencés, voire détruits, par l’intelligence artificielle, ceux qui rejettent en bloc l’idée que les robots puissent menacer des emplois, ou ceux encore qui nous promettent que nous allons vers un monde débarrassé des tâches désagréables mais avec un impact minime sur l’emploi car tout le monde s’épanouira dans un métier « créatif », il est difficile de se faire une opinion.

Alors pour en revenir à notre usine chinoise peuplée de robots : si la production a augmenté de façon spectaculaire et si les pièces sont de meilleure qualité, est-ce pour autant une réussite ?

Sources :

http://www.chinadaily.com.cn/china/2015-05/05/content_20620184.htm

http://monetarywatch.com/2017/01/chinese-factory-replaces-90-human-workers-robots-sees-250-production-increase/

http://www.numerama.com/politique/245152-selon-le-mit-chaque-robot-introduit-sur-le-marche-du-travail-detruit-6-emplois.html

Middle class workers are losing their jobs to robots

http://www.nber.org/papers/w23285