Campagne de Sarkozy : après Bygmalion, l’affaire « Agence Publics »

Les policiers de Nanterre s’intéressent à une facture d’environ 1.5 million d’euros émise à l’issue du meeting de Nicolas Sarkozy organisé à Villepinte, en 2012. Facture qui, curieusement, n’apparaît pas dans les comptes de campagne du candidat. Pourquoi l’UMP a-t-elle « oublié » de rapporter cette note « fantôme » ?

6518-100237909

Qui se souvient du discours tenu, au printemps 2012, par Nicolas Sarkozy lors du grand meeting de Villepinte ? Sur le fond, pas grand monde tant ce rendez-vous que l’on décrivait comme un tournant majeur de la campagne présidentielle, à droite, reste étroitement associé au dérapage des comptes de campagne du candidat Sarkozy.

Car c’est précisément à cette époque qu’a été décidé, au sein du parti, la mise en place de la double facturation qui, selon la justice, a permis à l’UMP de dissimuler une (grande) partie des factures dépassant le seuil autorisé par les autorités  – 22,5 millions d’euros. A cette somme, légale, s’ajouteraient ainsi 17 millions d’euros de frais de campagne supplémentaires selon Mediapart.

>> Quand Sarkozy vise le gouvernement… et condamne sa propre politique

Or, si on savait que la société Bygmalion a servi, de l’aveu même de ses dirigeants, à cacher un certain nombre de ces dépassements, Marianne revient cette semaine sur un autre acteur méconnu de l’affaire ; Agence Publics. Peu médiatisée, cette discrète PME s’est pourtant affairée en coulisses, selon les enquêteurs, notamment lors du meeting de… Villepinte, qu’elle a co-organisé aux côtés de Bygmalion.

Marianne révèle cette semaine que les policiers de Nanterre s’intéressent notamment à une facture d’environ 1.5 million d’euros émise à l’issue du rendez-vous de Villepinte et qui, curieusement, n’apparaît pas dans les comptes de campagne du candidat.

Pourquoi l’UMP a-t-elle « oublié » de rapporter cette « facture fantôme » ? Combien la campagne de Nicolas Sarkozy a-t-elle couté in fine ?

Dans ce dossier, on trouve également d’étonnants liens entre l’agence et le dossier du financement libyen de 2007, et un savant réseau politique cultivé par le patron de la société, Gérard Askinazi, y compris à gauche….

 

Source : Marianne

Nicolas Sarkozy : « 7 heures de travail obligatoire pour les bénéficiaires du RSA. Les paradis fiscaux non

Le bilan Sarkozy vu par les organismes internationaux…

Liste des affaires pas toutes judiciaires de Nicolas Sarkozy ses amis de l’UMP & Co