Cette carte vous dit si votre commune est bien ou mal gérée

Grâce à des données contenues dans quelque 1500 rapports de la Cour des Comptes, un étudiant de l’Ensae a réalisé une carte qui permet de distinguer les bons et les mauvais élèves de l’administration

capture-du-2016-10-19-16-03-01
Grâce à des données contenues dans quelque 1500 rapports de la Cour des Comptes, un étudiant de l’Ensae a réalisé une carte qui permet de distinguer les bons et les mauvais élèves de l’administration.

Comment noter la gestion de l’administration publique? C’est la question que s’est posée Peter Martigny, un étudiant de l’Ensae qui a épluché, analysé, étudié plus de 1500 rapports de la Cour des Comptes. Pourquoi? Afin de réaliser une carte interactive permettant de voir quels sont les bons et les mauvais gesionnaires des administrations sur le territoire français. Il a réalisé ce travail cet été, à l’occasion du premier Paris Summer InnovationFellowship, où 20 jeunes de différents pays du monde ont travaillé sur des projets sociaux divers.

Développeurs web, ingénieurs, designers… Tous ces profils se sont donc côtoyés durant deux semaines. Peter Martigny, dont l’idée a été repérée dans l‘Esprit d’initiative sur France Inter, s’est concentré sur le service public, et sur la manière dont est dépensé l’argent public en France. Pour cela, il s’est concentré sur les “rapports d’observations définitives des chambres régionales et territoriales des comptes” entre 2013 et 2015. L’intégralité de ces rapports est disponible en ligne sur le site data.gouv.fr. Il a mené cette exercice en partenariat avec la Cour des Comptes et Les Décodeurs du journal Le Monde.

Isoler les mots les plus utilisés

Comment a-t-il analysé le contenu de ces rapports? Grâce à un algorithme similaire à celui qui reconnaît les sentiments et les humeurs des internautes sur les réseaux sociaux. Problème: tout d’abord, les algorithmes existants sont principalement en anglais, mais surtout, le langage utilisé sur les réseaux sociaux et celui utilisé par les commissaires de la Cour des Comptes sont très différents. Peter Martigny a donc construit son propre modèle d’algorithme, sur la base d’une liste des mots et des formulations utilisés fréquemment dans les rapports: «désendettement», «en équilibre», «échec», et «perfectible» en font partie.

Naturellement, il a fallu faire face à quelques problèmes. Premièrement, l’étudiant s’est rendu compte que certains mots ou expressions étaient tantôt utilisés pour décrire une situation négative, tantôt pour décrire l’inverse! L’algorithme a donc été plusieurs fois mis à jour et peaufiné. C’est de cette manière que l’étudiant a pu faire sa carte interactive. On peut y faire un tour de France des administrations auditées, qui sont chacunes agrementées d’une couleur qui représente son score.

Plus une administration sera représentée par un point foncé, plus elle a des chances d’être bien gérée. À l’inverse, plus une administration est representée par une couleur claire, plus sa gestion est douteuse.

Source : Le Figaro