Contraception: Une pilule masculine testée avec succès aux Etats-Unis

Avec un taux de réussite de 96%, la contraception hormonale masculine obtient des résultats comparables à son équivalent féminin…

648x415_illustration-pilule-contraceptive-etats-unis

La pilule pour hommes, annoncée il y a quelques années maintenant, fait doucement son chemin. Et une équipe de l’université d’Edimbourg (Ecosse) vient même d’assurer avoir testé ce mode de contraception hormonale l’an dernier auprès de 300 hommes et obtenu des résultats plus que prometteurs.

Seules quatre femmes sur 266 sont tombées enceintes

Dans leur étude publiée dans Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, les universitaires expliquent avoir administré une fois tous les deux mois chez les volontaires un dosage de progestérone, pour réduire la production de spermatozoïdes, et de la testostérone, pour en contrebalancer les effets.

Résultat : cette contraception masculine s’est révélée efficace à 96%, seulement quatre femmes sur 266 étant tombées enceintes pendant la période d’essai. Un chiffre comparable à celui obtenu avec la contraception hormonale féminine.

Changements d’humeur, dysfonctionnements érectiles, acné, hypertension

Si les résultats sont prometteurs, il faut noter que sur les 320 participants à l’étude âgés de 18 à 45 ans, un petit nombre a préféré mettre fin au traitement à cause de changements d’humeur trop fréquents. Des dysfonctionnements érectiles ont également fait renoncer six autres hommes aux injections. A l’instar de la pilule féminine, d’autres effets secondaires sont répertoriés : acné, douleurs, sensation de panique, palpitations et hypertension.

Pour les chercheurs le résultat de cette étude est toutefois encourageant, d’autant que 75% des sujets ont indiqué qu’ils seraient prêts à continuer la prise d’hormones. Dans leur étude, les scientifiques admettent cependant qu’il faudra « encore bien des années de recherche pour que cette avancée puisse être utilisée largement par les hommes comme méthode de contraception ».

Source :  20 minutes