Copé : « Nous apprenons la démocratie. C’est assez nouveau »

Alors que le premier tour de la primaire pour la présidence de l’UMP à Paris a été émaillé d’incidents et d’accusations de fraudes, le président du parti, Jean-François Copé, a reconnu que l’exercice s’est révélé plus périlleux que prévu.

Copé

Interrogé dans l’émission Dimanche +, sur les problèmes rencontrés par l’UMP dans l’organisation de sa primaire à Paris, Jean-François Copé a répondu franchement et « avec le sourire » à la présentatrice Anne-Sophie Lapix : « À l’UMP, nous apprenons la démocratie, c’est assez nouveau.« a-t-il concédé, dimanche 2 juin 2013. Une confession, écho à peine voilé au fiasco de la primaire UMP tenue ce week-end dans la capitale, où des accusations de fraudes lors du vote électronique jettent un sérieux doute sur la sincérité du scrutin.

« J’espère que pour 2016 nous serons au point ! » a-t-il ajouté. « L’UMP n’est-elle pas nulle pour organiser des élections internes ? » lui demande la journaliste de Canal+. « Présenté comme ça, je ne peux pas vous donner tort », concède le président contesté de l’UMP. « Nous apprenons effectivement la démocratie, c’est assez nouveau, et pour ce qui me concerne, je considère que c’est indispensable. Nous avons d’ailleurs changé nos statuts pour que, dans ce domaine, on progresse. J’espère que pour les primaires de 2016, nous serons au point. »

La reconquête est une « longue marche »

« Apaiser, rassembler, nous y sommes parvenus », a ajouté le président de l’UMP, en rendant hommage au président de l’autorité de supervision de la primaire, Antoine Rufenacht. Samedi, ce dernier avait annoncé que le premier tour de la primaire ouverte de l’UMP pour la mairie de Paris allait se poursuivre normalement jusqu’à son terme lundi. Le même jour, Jean-François Copé a été contraint de se mêler du problème et a appelé les candidats « à faire preuve de modération et de sang-froid ». Son entourage avait toutefois pris soin de souligner que cette primaire n’était pas supervisée par la présidence du parti.

Le président de l’UMP a par ailleurs fait valoir que « la reconquête du coeur des Français » était « une longue marche » pour son parti. « L’objectif, c’est de l’emporter face à la gauche à Paris », a-t-il poursuivi, en souhaitant « que tous les candidats se retrouvent derrière celui ou celle qui sera désigné » lundi soir, à l’issue du premier tour.

Source : Le Point

Les mêmes et on recommence ..
Pour s’en souvenir
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/05/31/la-primaire-ump-face-au-risque-de-fraude