Les écrans de smartphones vont se réparer tout seuls

Pour la première fois, des chimistes ont réussi à obtenir un matériau non seulement autoréparant, mais aussi conducteur d’électricité. Ce qui en fait un candidat pour des écrans de smartphone éternels.

Un écran dont les rayures disparaissent d’elles-mêmes : ce rêve caressé par tout détenteur de smartphone est passe de devenir réalité. Des chercheurs en chimie de l’université de Californie à Riverside (Etats-Unis) ont présenté devant la Société américaine de chimie un matériau conducteur d’électricité capable de s’autoréparer. Il pourrait donc être utilisé pour les écrans de smartphones.

Le secret de cette autoréparation réside dans les liaisons chimiques du polymère. « Il existe deux types de liaisons chimiques dans les matériaux, explique Chao Wang, l’un des inventeurs. Les liaisons covalentes sont solides et ne se reforment pas une fois cassées ; tandis que les liaisons non-covalentes sont plus fragiles mais aussi plus dynamiques. Par exemple, les liaisons hydrogène qui lient les molécules d’eau entre elles sont non-covalentes : elles se brisent et se reforment en permanence, ce qui permet la fluidité de l’eau. » Les chimistes californiens ont ainsi travaillé sur une forme de liaison non-covalente. Leur matériau est composé de sel et d’un polymère très étirable : il est extensible jusqu’à 50 fois sa taille initiale ! Mais après avoir été brisé, il se reforme pour reprendre son aspect d’origine en à peine un jour.

Un matériau réparable mais aussi conducteur

Il y a trois ans, le constructeur coréen LG avait déjà sorti un premier téléphone portable à écran incurvé dont la coque arrière était dotée d’un matériau capable se réparer après avoir subi des petites rayures. Mais ce matériau ne conduisait pas l’électricité, ce qui interdisait de fait de s’en servir pour l’écran du portable. Cette fois, les scientifiques ont réussi à obtenir un matériau aussi performant mais aussi conducteur d’électricité. Reste à améliorer les propriétés du matériau, notamment en s’assurant qu’elles se maintiennent dans des conditions de grande humidité.

 

Non seulement ce nouveau matériau se répare tout seul mais il peut de plus être étiré jusqu’à 50 fois sa taille !

 

Source : sciencesetavenir.fr