« Entre 50 et 100 sénateurs font le boulot, les autres viennent toucher leur fric »

Dans son livre « Le Sénat, Un paradis fiscal pour les parlementaires », le journaliste Yvan Stéfanovitch dénonce les privilèges inhérents au statut de sénateur. Avantages fiscaux, absentéisme non-justifié… les dérives seraient nombreuses.

sénateurs

Les 348 sénateurs français perçoivent chaque mois 11.350 euros nets, dont 6.000 euros de « frais » remboursés sans le moindre justificatif. « Nous sommes le seul pays au monde à faire ça avec la Belgique, mais les frais remboursés sont moins importants », note Yvan Stéfanovitch.

Invité dans Bourdin Direct, le journaliste raconte une anecdote savoureuse: « Jusqu’en 1997, il y avait un camion de la Brinks qui entrait au Sénat tous les mois bourré de billets de 500 francs et c’était distribué pour les frais… C’était donc du ‘black’ officiel ».

Yvan Stéfanovitch précise aussi que les sénateurs sont imposés uniquement sur 4.150 euros (indemnités de base). Autre avantage et non des moindres. La retraite sénatoriale est calculée avec de nombreux avantages. « Par exemple, 45 dignitaires touchent 2.000, 4.000 euros en plus », selon le journaliste. Et de prendre en exemple Michel Charasse: « Il touche 13.000 euros bruts de retraite par mois sans compter le Conseil constitutionnel, sa retraite de maire… Au total, il reçoit environ 25.000 euros bruts par mois ».

14 sénateurs sanctionnés pour absentéisme

Dans son livre « Le Sénat, Un paradis fiscal pour les parlementaires », il révèle également le nom des 14 sénateurs sanctionnés pour absentéisme –une première-, parmi lesquels Gérard Collomb (PS), Jean-Vincent Placé (EELV), Serge Dassault (LR), Stéphane Ravier ou encore David Rachline (tous deux FN). Ces sénateurs ont donc subi une retenue financière de 2.500 euros.

Le Sénat: Un paradis fiscal pour des parlementaires fantômes

Mais souligne le journaliste, « si vous ne venez pas du tout au Sénat, on vous retire au maximum 4.500 euros, donc vous pouvez toucher environ 7.000 euros pour rester chez vous. C’est le cas depuis 19 mois de Paul Verges sénateur de la Réunion qui est en longue maladie, et il touche 6.000 euros par mois. Et personne ne vient vérifier s’il est vraiment malade, on lui fait confiance ».

Patrick Mulliez : 135 euros d’impôt sur un revenu de plus de 1 milliard €

La solution? Réduire le nombre de sénateurs: « Il faudrait un sénateur par département, et des gens qui travaillent. Car il y a entre 50 et 100 sénateurs qui font tourner le Sénat, qui font le boulot, qui préparent les lois. Les autres se promènent et viennent toucher leur fric ».

Source : bfmtv.com

Salaires : découvrez ce que touchent 30 de nos politiques français