Etats-Unis : elle a voté pour Donald Trump, son mari se fait expulser

Son époux, un immigré mexicain sans papier, vit depuis 29 ans aux Etats-Unis.

C’est une mauvaise surprise pour cette citoyenne américaine, résidant dans l’Indiana.

Selon le Huffington Post, Helen Beristein avait voté pour Donald Trump à la dernière élection présidentielle, comme beaucoup d’autres américains. Mais elle a appris ces derniers jours que son mari, immigré mexicain sans papier, serait expulsé des Etats-Unis vendredi.

« Tu veux être en sécurité »

Pourquoi donc avoir voté pour Donald Trump ? Malgré la situation de son époux, Helen Beristein avait affirmé s’être reconnu dans la politique dure du Président américain. « Nous ne voulons pas de cartels ici, on ne veut pas de drogues dans nos écoles ou de tueurs près de chez nous. Tu veux être en sécurité quand tu sors de chez toi. Je le pense sincèrement. Et c’est pour ça que j’ai voté pour Donald Trump », a-t-elle déclaré à l’Indiana Public Media.

Mais elle n’imaginait pas que son époux, propriétaire d’un restaurant populaire de l’Indiana, subirait les conséquences des politiques migratoires du Président américain. Selon elle, Donald Trump « a bel et bien dit que les bonnes personnes ne seraient pas expulsées, les bonnes personnes allaient être vérifiées ».

29 ans aux Etats-Unis

Son mari, Roberto Beristein, est arrivé aux Etats-Unis en 1988, où il a rencontré son épouse et fondé une famille. En 2000, il est arrêté à la frontière canadienne et on lui ordonne de quitter le pays. Comme son épouse est enceinte, il décide de désobéir.

Malgré cet incident, Roberto a pu continuer à vivre aux Etats-Unis tant qu’il continuait de travailler et qu’il ne commettait pas d’impair.

Chaque année il s’enregistrait à l’Immigration and Customs Enforcement (ICE), organe chargé de l’immigration et de la douane aux Etats-Unis. Mais avec l’élection de Donald Trump, les règles d’expulsion sont plus sévères. Cette année, l’ICE a décidé de garder Roberto en détention.

Sa femme espère désormais que son mari puisse obtenir un visa prochainement.

Source : Sud Ouest