Quels sont ces étranges jets bleus filmés depuis ISS ?

Un astronaute a filmé pour la première fois un curieux phénomène atmosphérique : les jets (ou éclairs) bleus qui apparaissent de façon furtive au-dessus des orages. Ils n’avaient jamais été aussi bien vus.

On les appelle des jets bleus ou encore des phénomènes lumineux transitoires. Très brèves (généralement entre moins d’une milliseconde et plus de deux secondes), ces lueurs bleues qui montent depuis des nuages orageux vers la haute atmosphère avaient été décrites par des pilotes de ligne. Mais le phénomène restait difficile à étudier depuis la Terre parce que justement il se produit au-dessus des nuages.

La Station spatiale internationale, en orbite à environ 400 km de la Terre, est elle idéalement située. D’où la mission confiée en 2015 à l’astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) Andreas Mogensen. Chargé de cibler les tourelles nuageuses (des colonnes nuageuses qui s’étirent jusqu’à la haute atmosphère), il a pris des clichés et même une vidéo qui capture, pour la première fois avec autant de netteté, ces jets bleus, au dessus du Golfe du Bengale.


«Ce n’est pas tous les jours que l’on filme un nouveau phénomène météorologique… Je suis donc très satisfait du résultat, mais encore plus satisfait à l’idée que les scientifiques auront bientôt l’opportunité d’étudier ces curieux orages plus en détail», a déclaré l’astronaute.

L’Institut spatial du Danemark a publié de premiers résultats obtenus à partir de ces observations dans une étude qui confirme la présence de nombreux jets bleus d’une envergure de l’ordre du kilomètre autour de 18 km d’altitude, et même d’un jet bleu à impulsions atteignant 40 km d’altitude.

Pour aller plus loin, un instrument baptisé Atmosphere-Space Interactions Monitor (Asim) est actuellement en préparation pour un lancement prévu d’ici à la fin de l’année. Il sera installé à l’extérieur du laboratoire spatial européen Columbus et permettra d’observer de manière continue les orages pour collecter plus d’informations sur ces phénomènes lumineux transitoires.

Source : Le Figaro