François Fillon : « Un jour, je parlerai »

« J’ai envie de savoir d’où c’est venu », indique François Fillon, qui continue à chercher la main qui aurait guidé ses accusateurs. Dimanche, le JDD raconte, de l’intérieur, toutes les coulisses de la campagne du candidat LR.

Depuis le 23 avril, il se tait. Muré dans son échec. « Un jour, je parlerai, mais c’est trop tôt », glisse François Fillon au JDD, la voix comme encore cassée par sa défaite. Puis il se reprend. « J’ai envie de savoir d’où c’est venu et comment ça s’est passé. » Il reste taraudé par cette unique question : qui a déclenché, voire orchestré les affaires qui ont ruiné son image, puis ses chances? Pour lui, c’est certain, quelqu’un « a guidé la main » de ses accusateurs… Dans sa tête tournent et retournent trois hypothèses : « Le pouvoir ; quelqu’un de mon camp ; un autre personnage extérieur à la politique [dont il ne veut pas dire le nom]. »

La façon dont lui a répondu aux soupçons et conduit sa campagne pendant la tourmente? « Honnêtement, je ne suis pas là-dessus, répond-il. Je suis tourné vers l’avenir. Et puis seul le résultat compte : si j’avais gagné, on aurait dit que j’avais tout bien géré ; comme j’ai perdu, on dit qu’on a tout fait mal. » Si c’était à refaire? « C’est tellement difficile de répondre à cette question », souffle-t-il. Et pourtant…

« François nous a menti, à tous, tout le temps »

Tout a commencé par un tête à tête dans un restaurant parisien. François Fillon et Anne Méaux, dirigeante de l’agence de communication Image 7, dînent au calme pour préparer la primaire. Anne Méaux, qui s’apprête à superviser la com de la campagne, dit avoir « posé la question franchement » : « François, est-ce qu’il y a des choses que je dois savoir? » L’interrogation est abrupte, bien dans le style de cette femme d’affaires coriace et avisée, experte en gestion de crise, toujours l’air mal réveillé et le portable jamais très loin de l’oreille, dont la réputation est de parler cash à ses clients, les grands patrons comme les politiques. Ce qu’elle demande ce soir-là, c’est si François Fillon a des casseroles. Comme un dernier check avant le décollage. Elle n’a pas oublié la réponse : « Sans la moindre hésitation, il m’a dit : ‘Non Anne, il n’y a rien.' »

Avec le recul de la défaite et l’avalanche des révélations qui ont piégé son champion, Anne Méaux reste persuadée qu’il était sincère : « Fillon est quelqu’un d’honnête. » Sincère peut-être, mais surtout secret, insondable. Y compris pour ses proches. « Il nous a menti, à tous, tout le temps », tranche le député Thierry Solère, qui fut le porte-parole du candidat. Une formule sèche qui résume la douloureuse épreuve que fut, pour ceux qui y ont participé, cette campagne au bord de la crise de nerfs.

François a voulu gagner du temps, il misait sur le fait que l’affaire n’allait pas prendre

Le diable a semé son premier détail un mardi. Ce 24 janvier, alors que les rotatives du Canard enchaîné impriment l’épisode 1 de ce qui va devenir le « Penelopegate », au QG de François Fillon, un immeuble froid et vitré de la rue de Vaugirard, on tire les rois. La droite ne le sait pas encore, mais elle vit ses dernières minutes de paix. Dans la galette, la fève est un chat noir. « C’était un très mauvais présage, se souvient Thierry Solère. On a ri un peu jaune, et juste après on a découvert Le Canard. » Dans l’ascenseur qui le conduit ensuite au 5e étage du QG, pour une réunion d’urgence dans le bureau du candidat, son téléphone crépite, mais il laisse sonner.

Le visage de François Fillon est sombre. « Encore un peu plus que d’habitude, se rappelle un participant. Impossible de savoir depuis quand il était au courant. » Sa garde rapprochée ignorait tout de l’affaire. Tout le monde est sonné. « Le Canard m’avait interrogé sur mes revenus et j’avais répondu, mais pas sur ma femme ; moi aussi, j’ai tout découvert ce soir-là », assure Fillon. Rien n’avait donc été anticipé pour préparer une réaction. D’autant que, lorsque ceux qui vont devoir mener la campagne avec lui le questionnent – « Y a-t-il d’autres sujets dont nous devrions parler? » – l’ancien Premier ministre oppose le même laconisme.

Cette réunion de crise est la première d’une longue série. François Fillon déteste ces moments bruyants où chacun s’exprime dans un mélange de fièvre et de confusion. « François a horreur de prendre une décision à chaud et en public », se désole un de ses anciens compagnons. Le candidat doit pourtant trancher : faut-il contre-attaquer, annoncer une plainte contre Le Canard enchaîné? « D’entrée, il a écarté cette idée, en disant qu’il ne voulait pas mêler la justice à la campagne », se souvient Thierry Solère. Dans la pièce, cette décision surprend tout le monde. Le porte-parole rédige un bref communiqué. « François a voulu gagner du temps, il misait sur le fait que l’affaire n’allait pas prendre », raconte un membre de l’équipe, persuadé qu’il aurait fallu au contraire s’excuser au plus vite, voire promettre de rembourser pour tenter de tuer l’affaire dans l’œuf… Anne Méaux, en déplacement, assure n’avoir appris les accusations contre Penelope Fillon que ce soir-là. De retour le lendemain, elle va s’investir à fond dans la gestion de crise de la campagne.

Anne Méaux : « Je ne suis peut-être pas Einstein, mais moi aussi, j’ai vu tout de suite que cet argument était désastreux »

Elle qui s’était juré de ne plus faire de politique (« Je n’aime pas ce milieu », dit-elle) a replongé pendant la primaire parce qu’elle « aimait les idées de Fillon ». Quand le scandale éclate, elle forme avec Patrick Stefanini, le directeur de campagne, un drôle de tandem autour du candidat : elle, ancienne collaboratrice de Giscard, militante d’extrême droite dans sa jeunesse, au parler rude mais qui vouvoie Fillon ; lui, ancien préfet chiraquien austère et discret, qui tutoie le candidat mais ne s’énerve jamais en public. Deux droites, deux mondes, deux styles. Tout les oppose mais ils ont gagné ensemble la primaire. Sur le front judiciaire, ce duo yin et yang va voler en éclats…

Le matin de la parution du Canard, François Fillon est en déplacement à Bordeaux. Pour sa défense, il dénonce la « misogynie » de l’article accusateur. « C’est du Méaux!, croit savoir un proche de Stefanini. Au QG, on est tombé des nues. » La conseillère enrage : « Je n’y suis strictement pour rien. Je ne suis peut-être pas Einstein, mais moi aussi, j’ai vu tout de suite que cet argument était désastreux. » Les premières tensions apparaissent et l’affaire s’emballe.

Deuxième réunion de crise, le jeudi 26 janvier dans le bureau de François Fillon. Ordre du jour : préparer son interview au 20 Heures de TF1, où il doit s’expliquer devant les Français. Thierry Solère, Patrick Stefanini, Sébastien Lecornu, directeur adjoint de la campagne planchent en attendant le candidat. Bruno Retailleau, chef des fillonistes au Sénat, les rejoint. Dans un silence lugubre, il leur annonce qu’outre sa femme, « François a également fait travailler deux de ses enfants ». « La présidence du Sénat a eu l’idée de regarder et on a découvert les deux contrats », explique Retailleau. Tous les présents se dévisagent, bouche bée. Lecornu, jeune président du conseil départemental de l’Eure (il est né en 1986) et proche de Bruno Le Maire, brise la glace : « Si ce soir François ne prend pas les devants et n’évoque pas lui-même le salaire de ses enfants, ce sera un mensonge par omission, puis un parjure, puis un feuilleton, puis la mort. »

François a été excellent ce soir-là… à une phrase près

L’hypothèse de la défaite, celle du chat noir, fait surface. À cet instant, François Fillon pousse la porte du bureau. « Il faisait la moue, relatera Lecornu. Il nous a écoutés silencieusement, puis il est parti à la télé sans que l’on sache ce qu’il avait décidé. » Anne Méaux est avec le candidat à TF1. « Bien sûr qu’il fallait anticiper, concède-t-elle. Ceux qui me connaissent savent bien que je suis pour la transparence, pour tout dire tout de suite. » À l’antenne, face à Gilles Bouleau, Fillon évoque de lui-même ses enfants. Mais en prétendant qu’il les a fait travailler pour lui au Sénat parce qu’ils étaient avocats – en réalité, ils étaient encore étudiants. Pour Anne Méaux, « François a été excellent ce soir-là… à une phrase près. » Elle assure avoir été interloquée en entendant le candidat promettre qu’il renoncerait en cas de mise en examen. « C’était une improvisation totale, dit-elle. En sortant, je lui demandé pourquoi il avait dit cela. Il m’a simplement répondu : ‘Mais Anne, parce que je ne serai jamais mis en examen.' » À sa décharge, la plupart des avocats discrètement consultés pronostiquaient alors que Fillon était à l’abri de toute poursuite…

« J’ai vu François avoir peur physiquement »

Au QG aussi, dans le bureau du directeur de campagne, le staff est stupéfait. Seul Stefanini, devant sa télé, trouve l’improvisation géniale. « Plus personne n’osera le mettre en examen maintenant! » prédit-il à chaud. Mais le « Penelopegate » est désormais un feuilleton judiciaire. « C’est vite devenu une campagne impossible », se souvient Thierry Solère. Les sondages plongent. À chaque déplacement, le candidat est attendu par des militants de gauche armés de casseroles. « J’ai vu François avoir peur physiquement », raconte un élu. « On a multiplié des visites sécurisées, se rappelle un membre de l’équipe. En février, l’agenda s’est vidé. »

Avec l’affaire, un nouveau personnage a fait son apparition : Penelope Fillon. Anne Méaux est chargée de l’assister, de la soutenir. Elle la décrit comme « une femme admirable, un peu timide, qui déteste les mondanités ». Les Français découvrent cette Galloise effacée aux cheveux courts lors du meeting parisien du 29 janvier, bouquet de fleurs dans les mains mais aux lèvres, un sourire fané. Si l’image est soigneusement calculée, la bande-son reste muette. « Bien sûr, il aurait fallu qu’elle prenne la parole plus tôt, admet Anne Méaux. C’était prévu au lendemain du meeting, cependant quand les avocats ont appris que les Fillon étaient convoqués, ils ont préféré qu’elle réserve ses explications à la police. » Ensuite, le candidat s’est envolé pour faire campagne à La Réunion. « Penelope ne voulait pas s’exprimer en son absence, c’est ce qui fait qu’on a trop traîné », précise Anne Méaux. Début février, France 2 déniche une ancienne interview, où Penelope Fillon expliquait n’avoir jamais travaillé pour son mari. Encore un jour sombre…

Je l’ai vu avoir envie de tout arrêter à plusieurs reprises, pour que leur cauchemar à eux s’arrête

Au fil des semaines, les avocats du couple Fillon, Antonin Lévy et Pierre Cornut-Gentille, comprennent que l’affaire ne sera pas classée. Le 17 février dans Le Figaro, le candidat martèle qu’il ira « jusqu’à la victoire » quoi qu’il arrive, signe qu’il n’exclut plus une mise en examen. Plus qu’un revirement, une volte-face. Le bateau tangue. La campagne s’enfonce. « Il fallait déminer un truc par jour, y compris mille choses fausses, peste Anne Méaux. On m’a appelée pour savoir si j’avais prêté 50.000 euros à Fillon! » Le candidat, lui, semble sur un chemin de croix. « François tenait bon, mais il était anéanti par ce qu’il faisait vivre à sa famille, se remémore la conseillère. Je l’ai vu avoir envie de tout arrêter à plusieurs reprises, pour que leur cauchemar à eux s’arrête. Dans ces moments de doute, il disait : si je lâche, je suis lâche. » D’où l’idée de recaler la stratégie de com : « On a insisté sur son courage, cela pouvait devenir une force. » Sans mesurer que parmi les chefs de la droite, ce courage commence à être perçu comme de l’entêtement.

Mardi 28 février, sur le coup de midi, le juge Serge Tournaire envoie un mail à Antonin Lévy. « À 16 heures dans mon bureau », ordonne le magistrat. L’avocat est à Washington, il prend le premier vol pour Paris. Son confrère Pierre Cornut-Gentille fonce au pôle financier, où il apprend de la bouche du magistrat que l’avis de mise en examen est parti. Nouvelle réunion de crise au QG dans la soirée. Comment rendre la nouvelle publique sans donner l’impression de subir ? Anne Méaux, jusque-là favorable aux conférences de presse (« des face-à-face physiques », dit-elle), prône « une banalisation de l’annonce », le lendemain matin, au Salon de l’agriculture, où le candidat est attendu. Fillon choisit l’option inverse : il annule sa visite et convoque les journalistes le lendemain, après avoir vu les ténors de la droite.

« Tu crois que je devrais renoncer? »

À l’issue de la réunion, Patrick Stefanini quitte un François Fillon « touché ». Pour le directeur de campagne, l’hypothèse du retrait prend du poids. « Je vais réfléchir, en parler avec ma femme », lui dit le candidat en partant. Cette nuit-là, l’ancien Premier ministre est décidé de ne rien lâcher à personne, y compris aux fidèles qui attendront en vain, le lendemain matin, à l’entrée du Salon porte de Versailles. « Il y avait trop de risque de fuites », justifie Anne Méaux, critiquant d’une formule crue bien à elle ces « politiques qui parlent sous eux ».

Le 1er mars à 8h10 tombe le communiqué qui annonce l’annulation de sa visite porte de Versailles, sans autre précision. Au même moment, Fillon appelle Stefanini depuis sa voiture. « Tu crois que je devrais renoncer? » interroge-t-il pour la première fois. « Oui », répond sobrement Stefanini. Le candidat ne dévoile rien de ses intentions. Quelque chose vient de se briser entre eux. « Ce matin-là, Anne Méaux et Bruno Retailleau ont pris le contrôle, décode un proche de Stefanini. Ils se sont installés au secrétariat et ils ont classé dans l’ordre ceux qui pourraient rentrer dans le bureau de Fillon. » Quand Bruno Le Maire arrive au QG, il n’est pas au courant de la mise en examen. « Retailleau refusait qu’on lui dise ! Stefanini a pris sur lui de lui annoncer », raconte un témoin de la scène. Xavier Bertrand est introduit dans le bureau du candidat. « En ne demandant pas à Fillon de partir ce matin-là, Bertrand a eu un rôle déterminant », expliquera Stefanini à ses proches. Dans l’équipe, tout le monde se renvoie la faute. Seuls Gérard Larcher et Bernard Accoyer, le président du Sénat en exercice et l’ex-président de l’Assemblée, plaident droit dans les yeux pour l’abandon (même s’ils s’en défendront après-coup). « À partir de là, on a vu défiler les fillonistes de deuxième zone, se souvient un témoin. Ils étaient mobilisés pour regonfler Fillon à bloc. » Solère, partisan du retrait, affirme avoir été empêché de voir celui dont il était censé être le porte-parole.

Ébranlé, le candidat s’accroche encore. « Jusqu’au meeting du Trocadéro [le dimanche suivant], toutes les options sont restées ouvertes », confie Anne Méaux. Solère démissionne. Lecornu s’en va. Les juppéistes jettent l’éponge. Stefanini renonce à son tour. Quand le JDD.fr dévoile sa lettre de démission, le QG est le théâtre d’une scène surréaliste : pendant que Fillon est en ligne avec l’AFP pour affirmer que Stefanini reste à son côté, le même Stefanini indique sur une autre ligne à un autre journaliste de l’agence qu’il s’en va. Une équipe B va entrer en piste. « Dès la fin de matinée, on a vu arriver au QG des gens de Sens commun », se souvient un des démissionnaires.

Aujourd’hui encore, je ne sais pas ce qu’il fallait faire

C’est cette deuxième équipe qui organise le meeting du Trocadéro. Ce dimanche matin, 5 mars, Penelope Fillon parle pour la première fois, dans le JDD. « Oui, j’ai vraiment travaillé pour mon mari », jure l’épouse du candidat. L’entretien, décidé le vendredi soir, n’annonce en rien un retrait. Au contraire, il prouve que le clan a formé le carré, quand les juppéistes et les sarkozystes n’en finissent pas de se diviser. Plus la droite est fracturée, plus Fillon croit en ses chances. « Tous les éléments de l’affaire judiciaire étaient sur la table, on s’était expliqué sur tout, martèle Anne Méaux. On allait pouvoir reparler du programme, le plus dur était derrière nous. Mais le dimanche suivant, il y a eu les costumes… » Elle refuse d’entrer dans les détails de cette matinée, où elle fut interrogée sur le chèque de 13.000 euros signé le 20 février par un « ami donateur » pour offrir deux costumes sur mesure à François Fillon. A-t-elle cru, sur le moment, à une nouvelle « fake news »? Probable. Elle appelle aussitôt Fillon qui, contre toute attente, confirme l’épisode et lui révèle le nom du donateur : Robert Bourgi, l’intrigant avocat des réseaux franco-africains. « Dans cette histoire, j’aurai tout appris au fur et à mesure », analyse Anne Méaux, spectatrice aux premières loges du mystère Fillon – une énigme personnelle et psychologique bien plus que judiciaire.

« Avec les costumes de Bourgi, Anne a été vraiment soufflée, certifie un ami de la communicante. Fillon l’a bien senti, à tel point qu’il lui a demandé si elle aussi, elle allait le lâcher. » Anne Méaux ne confirme pas ce propos. « Ce n’est pas mon genre de lâcher les gens », avance-t-elle pour toute réponse. Cependant, avec la révélation sur les costumes, elle s’est mise à douter à son tour de la suite – même si elle dit avoir cru jusqu’au bout à un miracle dans les urnes. « Son score de 20%, c’est quand même mieux que celui de Chirac en 2002, plaide-t-elle à présent. C’était jouable. » Nombreux sont ceux, dans l’entourage du candidat, qui pensent au contraire que cette obstination était une folie.

« Aujourd’hui encore, je ne sais pas ce qu’il fallait faire », confie François Fillon. Le perdant de mai a regardé les législatives de juin « de l’extérieur, en spectateur ». Il assure avoir « tourné la page ». Il continue de jongler à l’infini avec ses « trois hypothèses » et espère bien connaître un jour le nom de celui qui, en lançant le « Penelopegate », l’a empêché de devenir président. Comme si d’autres responsabilités primaient sur la sienne dans son échec. Comme si ce n’était pas lui, tout simplement, le chat noir de la droite.

Source : Le JDD