François Fillon veut garder les 3,3 millions d’euros de dons de ses électeurs pour lui

François Fillon a réussi à amasser 3,3 millions d’euros de dons durant sa campagne. Son micro-parti et Les Républicains se disputent le pactole.

François Fillon veut garder les 3,3 millions

En plus d’avoir fait couler la droite à la présidentielle, François Fillon va-t-il aussi couler les comptes des Républicains ? L’ancien Premier ministre aurait amassé 3,3 millions d’euros de dons qu’il refuserait aujourd’hui de reverser à son parti, d’après Sud Ouest et Marianne. Cet argent aurait été collecté lors de la campagne pour la primaire à travers son micro-parti Force républicaine. Mais également durant toute la campagne du premier tour… “Cette situation est anormale”, disait déjà Daniel Fasquelle, trésorier du parti LR, à 20Minutes en février. “Le parti en a besoin pour financer les campagnes de la présidentielle et des législatives”.

C’est que grâce au remboursement des frais de campagne par l’Etat, Force républicaine devrait retrouver les 3,3 millions d’euros avancés à l’Association de financement de la campagne présidentielle de François Fillon (A3F) avant le premier tour. Pour Vincent Chriqui, directeur de campagne du candidat battu, “cet argent a été levé par François Fillon au titre de la campagne présidentielle”. “Il ne revient pas aux Républicains, même si nous sommes prêts à en discuter avec eux”, a-t-il affirmé à Marianne. ”Dans tous les cas, ce sera de l’argent utile à notre famille politique. Nous aurons cette réflexion dans le cadre de Force républicaine”.

>> Lire aussi – Remboursement des frais de campagne : les petits candidats ne rentrent pas tous dans leurs frais

Daniel Fasquelle ne l’entend pas vraiment de cette oreille. “On peut aussi penser que la collecte organisée par Force républicaine a capté des dons qui auraient pu revenir à LR, toujours très endetté à la veille des législatives”, a-t-il dit à Sud Ouest. Cette histoire d’argent ne sera qu’un soucis de plus à gérer en vue de la reconstruction du parti de droite…

Source : Capital