Gaspillage alimentaire – qui jette le plus en France et dans le monde

Notre dossier sur le gaspillage mondial de nourriture est édifiant. Le monde peut produire assez d’aliments pour nourrir les 6 milliards d’habitants de la planète. Malgré tout, 82 pays n’ont pas suffisamment de nourriture pour faire vivre l’ensemble de la population décemment. La marque Albal livre de nouveaux chiffres sur ce phénomène en France.

Le gaspillage alimentaire est aussi un phénomène français

En France, nous jetons en moyenne 21 % des aliments que nous achetons, ce qui représente 5,6 millions de tonnes de déchets alimentaires par an, soit 89,9 kg par an et par habitant.

Le coût de cet impressionnant gaspillage alimentaire s’élève à 430 euros par an et par habitant.(1)

Autre estimation : selon France Nature Environnement, chaque année, nous jetons environ 7 kilos de produits non déballés et non consommés par personne. D’après une étude réalisée par Verdicité et FNE, nous pouvons estimer que le gaspillage alimentaire représente 10 % des déchets ménagers et assimilés. Les foyers jettent, en moyenne, entre 500 et 1500 € par an de nourriture encore consommable.

gaspillage-alimentaire-infographie

On jette plus de nourriture qu’on ne le croit

L’étude commanditée par Albal
montre que les Français n’ont pas conscience de gaspiller autant de nourriture puisqu’ils pensent ne jeter que 6 % des produits alimentaires qu’ils achètent.

En fait, En réalité,  21 % de la nourriture achetée finit à la poubelle alors que la moitié aurait pu ne pas être gaspillée.

Selon une autre étude récente(2), les Français jetteraient en moyenne 20 kilos de nourriture chaque année :  7 kilos de produits emballés, et 13 kilos de fruits et légumes abimés, de restes de table, et de produits non consommés.

Aliments : que jette-t-on ?

Parmi les aliments jetés, environ 50 % sont des fruits et légumes. Viennent ensuite les restes des plats faits maison et des plats cuisinés.

Plus choquant encore : 30 % des aliments sont jetés sans même avoir été déballés : ils passent directement du caddie à la poubelle, sans même être entamés.
Lorsqu’ils prennent conscience de ce triste état des lieux, les Français seraient disposés à changer leurs habitudes :

  • 88 % des consommateurs déclarent être prêts à prendre des mesures pour éviter le gaspillage alimentaire et 80 %  d’entre eux souhaiteraient plus d’informations sur la conservation des aliments :S’y retrouver dans les dates de péremption

Gaspillage alimentaire : les régions qui gâchent le plus

Les Franciliens sont les plus gros gaspilleurs de nourriture en France avec 114,5 kg d’aliments jetés par an et par habitant à Paris et en Ile-de-France.

À l’autre extrémité de l’échelle du gaspillage alimentaire l’on trouve l’Auvergne, le Limousin, le Poitou-Charentes, le Centre et la région Rhône-Alpes, qui sont les régions
françaises qui gaspillent le moins de nourriture avec 66,8 kg d’aliments jetés par an et par habitant.gapillage-alimentaire-france-226x300

 

Quant à elles, les régions de l’Ouest et du Sud, à savoir la Basse-Normandie, la Normandie, la Bretagne, le Nord-Pasde-Calais, les Pays de la Loire, la Picardie, l’Aquitaine, la Corse, le Languedoc-Roussillon, les Midi-Pyrénées, la Provence, les Alpes-Côte d’Azur gaspillent 81,8 kg de nourriture qui sont ainsi jetés par an et par habitant.
Enfin, la Bourgogne, la Champagne-Ardenne, l’Alsace, la Franche-Comté et la Lorraine jettent à la poubelle 104,6 kg de nourriture par an et par habitant

Le coût énergétique du gaspillage alimentaire

L’alimentation est une des premières sources d’émission de gaz à effet de serre. Depuis la production jusqu’au traitement des déchets, le cycle de vie de la nourriture d’un Français moyen représente environ 20 % du total de ses émissions quotidiennes.

tableau-gaspillage

Source : Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement

Le gaspillage alimentaire en Europe

Les Européens jettent environ 20 % de la nourriture qu’ils achètent, un pourcentage quasi équivalent à celui de la France : près de 30 % des aliments sont jetés à la poubelle sans même avoir été déballés.

Les Espagnols jettent 63,5 kg de nourriture par an et par habitant, les Allemands en jettent 80 kg et les Français 89,9 kg.

Pareillement, environ 50 % des aliments gaspillés sont des fruits et légumes. Ils sont suivis par les restes de plats faits maison et des plats cuisinés.

La Grande-Bretagne : un mauvais élève

Nos voisins britanniques ne sont pas moins gaspilleurs que nous. Bien au contraire !

D’après une estimation du gouvernement britannique, les Britanniques gaspilleraient ainsi 8 millions de tonnes d’aliments et boissons chaque année, dont plus de la moitié serait encore consommable.

  • En Angleterre, le gaspillage global est évalué à plus de 500 euros par an et par foyer, soit 4,1 millions de tonnes de nourriture jetées. Ce qui représente 13 milliards d’euros par an et 2,4 % des émissions de gaz à effet de serre du pays.

Le gaspillage alimentaire, une plaie mondiale

D’après le PNUE, les pertes et gaspillages le long des systèmes de distribution alimentaires représentent 100 milliards de dollars par an, à comparer avec les 3,5 milliards consacrés à la lutte contre la faim par le PNUE en 2008.

  • Les normes nationales alimentaires, le gaspillage des consommateurs des pays riches, l’alimentation animale (50 % des céréales servent à nourrir des animaux), … sont parmi les causes principales de pertes de nourriture.

 

  • Selon la FAO, ce sont 1,3 milliard de tonnes d’aliments qui perdus ou gaspillés chaque année sur la planète. Soit un tiers de la production mondiale.

Donc, selon les sources, au total, c’est de un tiers à près de la moitié de la production alimentaire mondiale qui serait perdue … tandis que certains meurent de faim

 

Albal contre le gaspillage
Pour contrer cette tendance, Albal lance une campagne à travers l’Europe intitulée SAVE FOOD avec des conseils et des solutions pratiques pour aider les ménages à préserver les aliments, éviter le gaspillage et acquérir les bon réflexes : http://www.facebook.com/Albal.fr

 

(1) L’étude, réalisée en mars 2011, en collaboration avec l’institut de sondage TheConsumerView, a été conduite dans 7 pays européens, auprès de 1500 foyers en Allemagne, France et Espagne et, via un omnibus, auprès de 1 000 foyers en Suède, Belgique, Russie et Autriche

(2° Etude de France Nature Environnement et chiffres Ademe, avril 2011

 

Source : consoglobe.com