Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, annonce sa démission

Il avait exprimé son mécontentement face aux coupes dans le budget des armées.

Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, après sa prise de fonction, le 17 janvier 2014. (JOEL SAGET / AFP)

« Je suis derrière nos soldats », réaffirme Emmanuel Macron après la démission du chef d’état-major des armées

Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a annoncé sa démission dans un communiqué, mercredi 19 juillet. Dans ce texte, il considère « ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel [il] croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain ». Le général a donc présenté sa démission au président, « qui l’a acceptée ».

Pierre de Villiers avait exprimé son mécontentement face aux coupes budgétaires, devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale. Emmanuel Macron avait alors réaffirmé publiquement son autorité, en indiquant notamment dans Le JDD : « Si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change. » Cette démission du chef d’état-major des armées est inédite sous la Ve République, selon France 2.

« Il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves »

Pierre de Villiers occupait cette fonction depuis trois ans et demi. Dans son communiqué publié en intégralité par Le Figaro, il revient sur son désaccord avec l’exécutif en rappelant que les missions confiées aux armées « ne cessent d’augmenter » : « J’ai estimé qu’il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité. » Il conclut en rendant hommage aux soldats, marins et aviateurs avec lesquels il a travaillé « pendant quarante-trois années, au service de la nation, en toute sincérité ».

Je reste indéfectiblement attaché à mon pays et à ses armées. Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France.

Pierre de Villiers

Source : France Info