Ils inventent un moteur à énergie solaire inusable

Destiné à servir dans des pays pauvres et à fort ensoleillement, le moteur à énergie solaire conçu par la société Saurea a vocation à durer très, très longtemps… Dépourvu d’éléments susceptibles de devoir être réparés, il devrait s’avérer particulièrement pertinent dans des pays où l’argent et les personnes qualifiées manquent pour fixer les appareils en panne. Une innovation « made in France » qui a déjà reçu plusieurs prix.

saurea1

L’obsolescence des produits de consommation est, depuis près d’un siècle, l’un des piliers du productivisme. De manière générale, la généralisation des logiques low-cost a engendré une société de consommation basée sur un renouvellement accéléré des produits de consommation au grand malheur de l’environnement. En opposition à ce mode de fonctionnement, de plus en plus d’entreprises axent leurs efforts, tel un argument de vente à part entière, sur la longévité accrue de leur modèle.

C’est notamment le cas de l’inventeur Alain Coty qui a conçu un moteur à énergie solaire destiné à durer sans jamais s’user (ou presque). En 2014, il fonde l’entreprise Saurea avec Grégory Deren et Nadège Payet-Tisset, respectivement gérant et responsable commerciale, afin de fabriquer et commercialiser cette invention qui pourrait venir en aide à des milliers de personnes à travers le monde. Et pour cause, des milliers d’installations solaires furent installées dans les pays émergents mais ne fonctionnent pas car rares sont les personnes en mesure d’y apporter réparation. Ces systèmes fonctionnent généralement par transformation mécanique et électrique de l’énergie du soleil. Les composants s’usent alors rapidement et la main d’œuvre qualifiée n’existe pas pour remplacer les pièces.

Ainsi, le moteur solaire de Alain Coty est conçu de manière à ne pratiquement pas vieillir. Parfaitement autonome, étanche, tropicalisé, il ne nécessite aucun entretien, résiste aux intempéries et ne comporte pas de pièces pouvant s’user dans le temps. Ainsi, le moteur ne doit pas être réparé durant toute la durée de vie des cellules photovoltaïques. Un atout colossal autant sur le plan utilitaire que sur le plan éthique. Car ce moteur est destiné à venir concrètement en aide aux populations dans le besoin, ses applications sont particulièrement adaptées aux lieux isolés.

Mis à disposition dans les pays pauvres à fort ensoleillement, le moteur Saurea transforme la lumière en force motrice. Les applications concrètes sont nombreuses. Il offre notamment l’accès à des besoins élémentaires tels que l’accès à l’eau par le pompage autonome d’une source, ou encore l’arrosage automatisé des cultures. Sa longue durée de vie est un atout majeur dans des pays où la main d’œuvre qualifiée à réparer ou remplacer des pièces de haute technologie fait défaut. En principe, le moteur est en mesure de fonctionner de 20 à 25 ans sans interruption, soit la durée de vie des cellules photovoltaïques.

saurea3

Sans grande surprise, l’initiative a reçu déjà une belle couverture médiatique et plusieurs prix. La jeune équipe cherche maintenant des partenaires privés ou publics pour développer leur projet à plus large échelle, avec des possibilités d’applications prometteuses. Le site PlateformeSolutionClimat.org a listé quelques exemples d’utilisations possibles de l’invention :

  • Pompage de l’eau souterraine, de surface, irrigation;
  • Petite mécanisation agricole (vans, broyeurs, etc…), motorisation de petites machines-outils pour l’artisanat;
  • Circulation/compression de fluide (chauffage, refroidissement, filtration);
  • Ventilation ou extraction d’air, sur hangar, serre, camion transportant des animaux, parasols, écoles, dispensaires;
  • Aération des eaux : bassins, lacs, étangs de surface pour le traitement de l’eau/aquaculture.

Le
tout, de manière parfaitement autonome, durable et sans risque de panne. Une bonne idée de plus à ajouter la liste des solutions pour créer un avenir plus cohérent.

Sources : PlateformeSolutionClimat.org / Startsquare.io / TendanceOuest.com / Seinari.fr / Saurea.fr / Facebook.