INFOGRAPHIE. Alimentation : muesli aux pesticides !

Selon une étude d’une association environnementale, ces mélanges de céréales non bio sont loin d’être bons…

6193373_muesli_1000x625

Des pétales de blé, des amandes, des noix… les mueslis, réputés riches en vitamines et en protéines, sont aujourd’hui devenus le menu de prédilection des amateurs de petit déjeuner équilibré. Mais à y regarder de plus près, ce mélange de céréales et de fruits secs n’est pas aussi vertueux que les publicités le prétendent.

Spécialiste des pesticides, l’association Générations futures a voulu savoir si ce produit de consommation courante, prisé des adultes comme des enfants, contenait ou non des traces de produits chimiques. Après avoir acheté et fait analyser dans un laboratoire spécialisé quinze paquets de muesli aux fruits non bio et cinq bio, les résultats, que nous dévoilons ce matin, sont sans appel. « 100 % des échantillons non bio analysés contiennent des résidus de pesticides alors qu’aucun des échantillons bio n’en contient », soutient l’association.

Qu’il s’agisse de produits vendus par les supermarchés sous leur propre logo ou de marques réputées, dans les quinze échantillons non bio testés, 141 résidus de pesticides ont été retrouvés au total, dont 81 sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Avec une concentration moyenne de 0,177 mg/kg de résidus de produits chimiques quantifiés par échantillon, Générations futures affirme que c’est 354 fois la « concentration maximale admissible tolérée dans l’eau de boisson pour l’ensemble des pesticides ».

Un cocktail de perturbateurs endocriniens

«Nous ne disons pas que les gens vont être malades en consommant du muesli, mais qu’il est anormal de commencer sa journée par un cocktail de perturbateurs endocriniens qui peuvent notamment avoir des effets sur le fœtus pour les femmes enceintes », explique le porte-parole de l’association, François Veillerette, qui appelle les céréaliers à modifier leur mode de stockage : « Souvent, pour protéger les graines entreposées dans les silos ou les conteneurs, les céréales sont saupoudrées d’insecticides. »

Contacté hier matin, Kellogg’s n’a « pas pu trouver de porte-parole disponible pour répondre » à nos questions « dans les délais impartis ».

Nestlé, qui commercialise notamment des mueslis Fitness 5 fruits, affirme pour sa part que la santé de ses consommateurs et « le respect de la réglementation en vigueur sont des priorités non négociables ». « Nous avons des règles de contrôle très strictes de tous nos ingrédients et nous mettons en place un processus rigoureux de nettoyage de nos matières premières céréalières, notamment celui du blé provenant de nos campagnes françaises, explique-t-on au siège de Nestlé France. Nous menons très régulièrement des analyses de nos matières premières pour limiter au maximum la présence de résidus de pesticides dans nos produits qui sont en tout état de cause en deçà des limites autorisées. »

Pour inciter les fabricants à s’approvisionner en blé et fruits secs bio ou au moins à réduire la part d’insecticides utilisés dans la production de leurs céréales, Générations futures a écrit un courrier à toutes les entreprises qui commercialisent du muesli. «Quand on découvre dans un seul paquet jusqu’à 13 résidus de pesticides, on peut dire que les entreprises ont une marge de progrès », estime François Veillerette.

6193373_web-muesli-pesticides

Source : parisien.fr