La Chine met officiellement fin à la politique de l’enfant unique

C’est une décision historique. La Chine a mis fin à la politique de l’enfant unique, selon un communiqué du Parti communiste publié jeudi 29 octobre par l’agence officielle Chine Nouvelle. Désormais, tous les couples chinois pourront avoir deux enfants, une décision qui signe la fin d’une politique démographique en place depuis 1979.

la-chine-a-officiellement-mis-fin-dimanche-a-la-politique-de-l-enfant-unique-avec-la-promulgation-de-la-loi-autorisant-tous-les-couples-a-avoir-un-deuxieme-enfant_5489636

Des mesures à des fins démographiques

La politique de l’enfant unique avait déjà été assouplie il y a deux ans, Pékin ayant permis aux Chinois d’avoir deux enfants si l’un des deux parents était lui-même enfant unique. Elle était destinée à enrayer le vieillissement de la population, et à corriger corriger un inquiétant déséquilibre : en Chine, il y a aujourd’hui 116 hommes pour 100 femmes. Mais cet assouplissement, qui n’a pas été mis en place partout en Chine, n’a eu qu’un effet limité sur la démographie. La plupart des couples chinois ne souhaitent avoir qu’un enfant pour des raisons financières.

D’autres exceptions à la politique de l’enfant unique existait déjà. Les Chinois des campagnes ont le droit d’avoir deux enfant si le premier est une fille. Et la quasi-totalité des 55 minorités ethniques du pays ne sont pas soumises à cette règle.

400 millions de naissances évitées selon les autorités

Selon les autorités, la politique de l’enfant unique a évité la naissance d’environ 400 millions de Chinois. Les parents réticents sont le plus souvent punis par des amendes ou la non-délivrance du certificat qui permet la scolarisation des enfants et leur prise en charge par le système de santé. Créant un grand nombre « d’enfants noirs », comme les appellent les Chinois, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas d’existence légale, raconte Géopolis.

Cette politique a aussi souvent été mise en oeuvre par des campagnes de stérilisation et des avortements forcés. Il y a deux ans, le cas d’une femme forcée d’avorter à 7 mois de grossesse avait provoqué l’indignation dans le pays.

 

Source : France Info