L’Allemagne a rapatrié tout son or de France

La Bundesbank a toujours de l’or à la Banque d’Angleterre et à la Fed.

2109228_lallemagne-a-rapatrie-tout-son-or-de-france-web-tete-030507078211_1000x533

Il n’y a plus un gramme d’or allemand à Paris. La banque centrale allemande, la Bundesbank, a fini de rapatrier toutes ses réserves d’or encore stockées à Paris ainsi qu’une partie des lingots abrités aux États-Unis. Ce chantier sensible devait être bouclé en 2020.

Au total, depuis 2013, 374 tonnes du précieux métal, soit 11 % du total des réserves allemandes, ont quitté les entrepôts de la Banque de France à Paris et 300 tonnes ceux de la Réserve fédérale à New York. Elles ont rejoint les chambres fortes de la Bundesbank à Francfort. Menés dans des conditions tenues secrètes, ces transports auront coûté au total 7,7 millions d’euros à la « Buba ». Désormais, la part stockée en Allemagne représente plus de 50 % des réserves d’or de la Bundesbank, contre 31 % en 2013. Une grande partie de l’or restant, soit 1.236 tonnes, restera à New York pour une durée indéfinie. Quatre cent trente-deux tonnes seront également toujours stockées à la Banque d’Angleterre, à Londres.

A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne avait perdu toutes ses réserves d’or. Toutefois, à partir de 1950, l’économie de la RFA a commencé à croître à un rythme important et les exportations allant croissant, le pays s’est mis à acquérir ce métal précieux. Par crainte d’une invasion de l’URSS au temps de la guerre froide, la Bundesbank a confié une grande partie de son trésor à ses alliés occidentaux. A New York parce que la place financière abritait la première devise mondiale ; à Londres, car la ville hébergeait le premier marché pour l’or. Les excédents de balance commerciale vis-à-vis de la France, accumulés pendant la période de miracle économique allemand dans les années 1960, se sont convertis en lingots d’or stockés à la Banque de France.

Eurosceptiques

En 2012, l’Allemagne a décidé qu’elle devait pouvoir disposer librement et à tout moment de son stock d’or. Sur fond de crise dans la zone euro, avec les problèmes de la dette grecque, les eurosceptiques ont commencé à faire entendre leur voix. Le fait que leur pays puisse stocker plus des deux tiers de ses réserves d’or à l’étranger avait suscité la polémique. L’objectif de l’Allemagne était alors que, en 2020, au moins la moitié de son stock d’or soit conservée dans ses propres coffres-forts.

Source : Les Echos