Le désespoir des salariés de huit magasins vendus par Carrefour plus payés depuis juillet

Les 47 salariés de huit magasins Dia rachetés par Gastt au groupe Carrefour sont sans ressources depuis près de deux mois…

648x415_un_supermarche_dia_le_8_mai_2014_a_paris

Elle n’a pas été payée depuis le 7 juillet. « Au début, j’ai pioché dans mes économies mais maintenant, je n’ai plus rien », lâche Sila*, 33 ans, hôtesse de caisse. « Je n’ai pas pu payer mon dernier loyer, j’ai dépassé mon découvert autorisé, je reçois des relances pour factures impayées et je ne peux même plus m’acheter à manger… C’est carrément l’horreur », se désole-t-elle.

Salariée depuis 2007 de l’enseigne ED devenue Dia (groupe Carrefour), Sila n’imaginait pas se retrouver du jour au lendemain sans aucune ressource – ni salaire, ni indemnité chômage. Et sans aucune structure pour l’aider.

« Ils nous promettaient de belles choses »

Pour Sila comme pour 46 autres salariés en France, tout a basculé le 26 mai dernier. « Mon chef m’a appelée pour me dire que huit magasins Dia**, dont le nôtre, venaient d’être vendus au groupe Gastt. C’était une enseigne que je ne connaissais pas, mon chef non plus. Nous avons trouvé cela étrange, on s’attendait plutôt à être repris par Auchan ou Leader Price. Mais nous ne nous sommes pas inquiétés plus que ça, d’autant plus que le repreneur nous avait fixé une rencontre. »

Celle-ci se tient fin mai. Et tout se déroule à merveille. Deux hommes, dont l’un se présente comme étant Pierre-Edouard Traska et se disant « mandaté » par Gastt, exposent aux salariés le projet du groupe. « Ils nous parlaient de vente de produits d’épicerie fine en provenance de Pologne [le patron de Gastt est polonais], ils nous disaient que nous allions être
formés, que nous serions un temps en chômage partiel mais que les magasins rouvriraient vite, dès début septembre… Bref, ils nous promettaient de belles choses », se souvient Sila.

Le premier couac survient début juillet, lorsque le salaire de juin est versé avec sept jours de retard. L’histoire se répète début août. Gastt promet aux 47 salariés qu’ils recevront bientôt leur chèque, avant d’évoquer « un virement », puis un « mandat cash ». Adam Kuzmicz, le patron de Gastt, fixe même aux salariés parisiens un rendez-vous le 19 août.

« Il est venu. Il n’arrêtait pas de regarder sa montre en disant que des convoyeurs de fonds étaient en route et qu’ils allaient nous donner notre argent. Il nous a dit qu’en les attendant, il allait à nouveau nous présenter son projet. Ça a duré 1h30… Et puis, tout d’un coup, il a dit que non, finalement, les convoyeurs de fonds n’arriveraient pas », raconte l’un d’entre eux. Les salariés excédés retiennent Adam Kuzmicz et appellent les policiers. Qui laissent finalement le patron repartir.

« Elle ne peut même plus acheter une baguette de pain pour sa fille »

Depuis, les salariés de Gastt n’ont plus eu aucun contact avec lui, ni avec Pierre-Edouard Traska. « Nous avons été revendus sans être consultés et maintenant, nous ne sommes même pas payés ! On ne peut pas s’inscrire à Pôle emploi parce que nous n’avons aucun papier… Mais qu’est-ce qu’on va devenir ? », sanglote Sila.

Nathalie Lerouge, déléguée syndicale Force ouvrière dans le Pas-de-Calais, département où deux magasins Dia ont été rachetés par Gastt, est consternée : « J’avais vu beaucoup de choses dans la grande distribution, mais des employés de magasins à peine vendus qui ne reçoivent pas leurs salaires, c’est une première ! Ils sont dans des situations dramatiques, je pense en particulier à cette maman célibataire qui ne peut même plus acheter une baguette de pain pour sa fille ».

La FGTA-FO, qui suit de près le dossier, « a beaucoup de mal à comprendre ce qu’il s’est passé du côté de Carrefour. On parle quand même du premier employeur de France ! Ses responsables sortent des plus grandes écoles, ils négocient au centime près le prix d’un paquet de nouilles mais ils revendent huit magasins à un groupe qui ne paye déjà plus ses salariés alors que la loi l’oblige à les reprendre aux mêmes conditions pendant 18 mois… Ils ont fait preuve d’une négligence coupable dans ce dossier ».

Qu’en dit Carrefour ? A-t-il perçu la somme correspondant à la vente des huit magasins ? Quelles suites compte-t-il donner à cette affaire ? Nous avons contacté le groupe à plusieurs reprises mais il n’a toujours pas répondu à nos questions. Rappelons que si Carrefour s’est séparé de ces magasins, c’était à la demande de l’Autorité de la concurrence. Et que cette dernière avait validé la candidature de Gastt.

Si ce groupe est quasiment inconnu en France – il possède trois petites boutiques « Syrenka » à Paris – son patron, Adam Kuzmicz, aurait créé 3 000 magasins en Pologne. Contactée par 20 Minutes, l’Autorité de la concurrence estime n’avoir commis aucune faute : « Gastt remplissait toutes les conditions requises pour reprendre les huit points de vente. Il n’avait aucun problème de viabilité financière », nous assure une source proche du dossier.

« Je fais le virement demain ! »

Mais alors, que s’est-il passé ? Gastt joue-t-il de « malchance » ? C’est ce qu’Adam Kuzmicz plaide auprès de 20 Minutes : « Les fonds sont bloqués chez le notaire. J’ai tout fait pour les débloquer mais le notaire était en vacances… Vous savez, la France l’été, c’est compliqué ». Il affirme également avoir réglé la « totalité » de ses dettes auprès de Carrefour. Comment a-t-il obtenu le déblocage de ces fonds ? « C’est différent, ce n’est pas comme pour les salaires… Mais je vais payer les salariés : les fonds doivent être débloqués ce jour, je fais le virement demain ! », nous assure-t-il.

Il ajoute que « cette histoire est médiatisée pour rien », affirme être un « bouc-émissaire » dans cette affaire – il ferait, selon lui, les frais « d’un conflit entre FO et Carrefour » – et se dit accablé « puisque [s] es nouveaux salariés vont être une famille pour [lui] ».

Nous évoquons la rencontre du 19 août et l’interrogeons sur ces fameux convoyeurs de fonds : « J’ai fait tout mon possible pour ces pauvres malheureux [les salariés] ! Je voulais les payer en liquide, mais mes avocats m’ont déconseillé de le faire. J’ai parlé des convoyeurs sans réfléchir, c’était pour aider ces gens, ce n’était pas pour une quelconque malversation ».

« Nous avons peur »

L’avenir le dira. En tout cas, la présence de Pierre-Edouard Traska dans ce dossier ne rassure pas les salariés : « Son nom est connu sur Internet : il est associé à des fermetures douteuses d’entreprises… Ce monsieur a l’air spécialisé dans la faillite. Nous ne savons pas à qui nous avons affaire, mais nous avons peur », avance Sila.

Contacté par 20 Minutes, Pierre-Edouard Traska se présente comme un « conseil » qui n’a pas son mot à dire dans l’affaire. Adam Kuzmicz partage le même point de vue : « Traska est seulement l’un de mes conseillers, il m’a aidé uniquement pour parler aux salariés mais il n’a aucun statut officiel dans l’entreprise ».

La FGTA-FO a saisi le tribunal de commerce de Paris et déposé un référé devant le tribunal des prud’hommes. L’organisation syndicale va également verser, mardi ou mercredi, un bon d’achat de 500 euros à chacun des 47 salariés pour les aider à couvrir les frais immédiats. Elle demande en parallèle à Carrefour de réintégrer ces employés. Le groupe devait donner sa réponse le 25 août. Pour l’instant, Sila comme ses collègues sont sans nouvelle.

*Prénom d’emprunt – la jeune femme a voulu conserver l’anonymat, ne sachant pas à qui elle « a affaire » dans ce dossier.
** Ils sont principalement situés dans les Hauts-de-France, en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et en PACA.

Source : http://www.20minutes.fr