Le FMI propose de taxer votre épargne pour solder les dettes nationales

Les taux d’endettement public ont atteint de tels niveaux qu’il faudra trouver des solutions iconoclastes, indique le FMI dans son rapport sur les finances publiques. Le Fonds évoque un prélèvement «une fois pour toute» sur l’épargne privée, qui présente des risques considérables.

phoc83e3178-30bc-11e3-bd6a-658410c190fa-805x453

La proposition est assortie d’un solide point d’interrogation: «un prélèvement une fois pour toute sur le capital?», pour réduire la dette publique s’entend. Il s’agit d’une simple hypothèse, dans un rapport du FMI sur les finances publiques, qui, une nouvelle fois, pose le problème de la soutenabilité des dettes des États «avancés», l’Europe, les États-Unis, le Japon. Le FMI rappelle qu’elles représenteront 110% du PIB en moyenne dans ces pays, soit une augmentation de 35 point de PIB par rapport à la situation de 2007. Il faut donc trouver des solutions radicales.

De tels niveaux d’endettement sont sans précédents, si ce n’est au lendemain des grandes guerres. Mais ne vient-on pas de vivre une crise économique aussi destructrice qu’un conflit armé? Alors, à la guerre comme à la guerre: et si l’on proposait une mesure «one off», en anglais, «one shot» comme on dit en «franglais», ou encore «une fois pour toute» en vrai français, avec la promesse qu’on ne recommencera jamais plus?

Solution exceptionnelle

De telles propositions ont en réalité une très longue histoire. Le grand économiste David Ricardo recommanda une telle mesure pour l’Angleterre au lendemain des guerres napoléoniennes du début du XIXe siècle. En France l’idée germa aussi après la défaite française de 1870 contre la Prusse. Et dans l’Allemagne de l’empereur Guillaume II des années 1890, on y pensa pour financer un programme d’équipement public qui aurait redonné au pays la parité navale avec la Grande-Bretagne.

Toutes les nations européennes y songèrent comme un seul homme, au lendemain de la première guerre mondiale. Pourtant ni la Grande-Bretagne, ni la France de Clémenceau ne parvinrent à en imposer la solution. Seule l’Italie, avec une taxe de 3,3% à 54,3% sur les patrimoines acquis depuis 1914, y réussit. L’expérience la plus probante est sans doute celle du Japon au lendemain de la Seconde Guerre mondiale: le prélèvement sur les patrimoines privés allant de 10% à 90% s’inscrivait dans le cadre d’un vaste programme de reconstruction de l’économie nationale, sous la tutelle du général américain MacArthur.

Le FMI renvoie lui-même à l’étude du professeur Barry Eichengreen, de l’université de Californie, qui a passé en revue tous ces exemples historiques. Il avait été mandaté alors par les pouvoirs publics italiens, qui à la toute fin des années 1980 étaient (déjà) confrontés à un taux d’endettement public de 100% du PIB, tout comme l’Irlande et la Belgique. Barry Eichengreen, qui depuis lors a été l’un des rares économistes américains de renom à avoir pris fait et cause pour l’euro, ne s’était pas contenté de recenser les précédents historiques. Il examinait avant tout les avantages d’une telle solution exceptionnelle de «prélèvement sur le capital» (capital levy, en anglais), l’alternative étant notamment l’inflation, qui permet d’alléger la dette publique rapidement. Comme ce fut le cas en Europe et aux États-Unis de 1945 à 1975.

Impôt «one off» de 10% sur l’épargne des ménages en zone euro

Eichengreen considère également le «capital levy» comme un substitut aux restructurations de dettes, dont la Grèce est pour le moment le seul exemple réel en Europe. Mais il n’ignore pas les énormes problèmes d’un tel prélèvement sur l’épargne privée: cela remet en cause la crédibilité des gouvernements qui doivent garantir que l’opération est vraiment exceptionnelle, sans compter les difficultés d’exécution pour empêcher les fuites de capitaux.

Le FMI cite une autre étude, toute récente celle-là, d’un économiste allemand, Stefan Bach, qui avec deux confrères a étudié en 2012 un projet similaire au nom de l’institut de conjoncture DIW. Là encore avec un point d’interrogation: «une taxe sur le patrimoine pour amener les riches à réduire la dette publique?». S’intéressant exclusivement au cas allemand, ils parviennent à la conclusion que la richesse des gens possédant chacun plus de 250.000 euros représente au total une assiette imposable de 2950 milliards d’euros; une taxe exceptionnelle de 3,4% permettrait alors d’engranger 100 milliards d’euros, soit 4% du PIB, pour alléger la dette publique.

Après avoir cité leurs confrères, les économistes du FMI se jettent eux-mêmes à l’eau. «Les taux de taxation nécessaires pour ramener les ratios de dettes (par rapport au PIB) à leur niveau de la fin 2007 nécessiteraient une imposition d’environ 10% sur tous les ménages disposant d’une épargne nette positive». Ces calculs, nous précisent le FMI ont été faits pour 15 pays de la zone euro. Rappelons encore que de tels raisonnements se veulent de simples suggestions à caractère «théorique». Ils n’en sont pas moins iconoclastes. Mais existe-t-il des solutions douces de désendettement en dehors de l’inflation, la plus hypocrites de toutes?

Source : Le Figaro