Le Scandale Des Vaches a Hublot

Vous avez l’estomac bien accroché ? Alors lisez ceci : des vaches suisses sont équipées de hublots pour mieux servir la science. Les bovins de l’Agroscope de Grangeneuve ont un trou de 15 centimètres dans le flanc. Cette ouverture permet d’accéder directement au bol alimentaire pour en analyser le contenu. Pour prélever des échantillons, il suffit de passer le bras dans le trou, comme le montre la vidéo de la RTS.

Vaches a Hublot

 

Grâce à cette trappe de visite en caoutchouc, les chercheurs peuvent ”tester la digestion de mélanges d’avoines expérimentaux, et à terme, obtenir une alimentation plus saine”, note la Tribune de Genève.

Les vaches helvètes ne sont pas les seules à bénéficier de ce traitement. En France, l’INRA travaille depuis belle lurette des lustres sur des bovins fistulés. Cette pratique permet notamment de plancher sur la production de méthane des bovins. Entre rots et pets, comme chacun sait, les ruminants libèrent une effroyable quantité de gaz à effet de serre. Voilà peu, en Allemagne, des vaches laitières ont failli faire exploser leur étable, relate le Spiegel. La réaction entre une décharge d’électricité statique émise par une machine à massage et le méthane rejeté par les herbivores a déclenché un incendie.

Source : courrierinternational.com

 

 

L’Agroscope de Grangeneuve a équipé quatorze vaches de hublots
pour tester différents fourrages, informe la RTS. Concrètement, un trou de 15 centimètres dans le flanc des animaux, fermé par un bouchon, permet d’accéder directement à l’estomac. L’objectif est de tester la digestion de mélanges d’avoines expérimentaux et, à terme, d’obtenir une alimentation plus saine.

Cette technique, mise en place avec l’accord des autorités fédérales, n’est pas récente. Le vétérinaire du centre de recherche affirme que l’animal, opéré à l’âge de trois ans, ne souffre pas.

Pour autant, l’agriculteur Louis Duc, député indépendant fribourgeois, s’insurge contre cette pratique: «Je suis presque choqué par ces images. Qu’on en arrive à transplanter les vaches pour voir si l’avoine fonctionne, moi ça me dépasse.»

 

Source : tdg.ch