L’interdiction totale de l’avortement en débat au Parlement polonais

Les parlementaires polonais planchent sur une loi visant l’interdiction totale de l’avortement, accompagnée de peines de prisons lourdes pour les femmes et les médecins qui le pratiqueraient. Le pays a déjà pourtant l’une des lois sur l’IVG les plus restrictives d’Europe.

pologne_0

L’avortement est déjà interdit en Pologne, sauf dans les toutes premières semaines de grossesse lorsque la vie ou la santé de la mère est en danger, en cas de handicap permanent du nourrisson ou dans les cas de viol ou d’inceste. « Si j’ai une patiente enceinte de 32 semaines et atteinte de prééclampsie, je dois attendre qu’elle-même ou son bébé commence à mourir avant d’agir a expliqué le professeur Romuald Dębski au cours d’un débat au Parlement en avril dernier et cité par le Times. En cas de grossesse extra-utérine et d’hémorragie, je peux pratiquer un avortement. Mais s’il n’y a pas d’hémorragie, et donc pas de risque immédiat pour la vie, je dois attendre qu’elle commence à mourir. »

Mais la proposition présentée par une association intégriste est une offensive de l’Eglise catholique, qui profite de la nette victoire aux législatives d’octobre 2015 du parti conservateur Droit et Justice (PiS), pour interdire purement et simplement l’IVG. La loi prévoit aussi des peines allant jusqu’à cinq ans de prison pour les personnes pratiquant l’IVG et pour les femmes y ayant recours. Le projet de loi va même plus loin : causer accidentellement la mort de l’« enfant conçu » est passible d’une peine de trois ans de prison pour les professionnels de santé.
Le PiS, qui a déjà supprimé les aides publiques en faveur de la fécondation in vitro et rétabli la prescription sur ordonnance de la pilule contraceptive dite du « lendemain », est cependant divisé sur l’opportunité de voter ou non l’intégralité de ce texte.
Le chef de file du PiS, Jaroslaw Kaczynski, fervent opposant au droit à l’interruption volontaire de grossesse, s’est ainsi prononcé pour une possibilité d’IVG en cas de danger mortel pour la mère. « Nous devons interdire que des enfants soient tués parce qu’ils présente des problèmes de développement. C’est inhumain. En revanche, l’Etat ne peut contraindre une femme à mourir si elle veut sauver sa propre vie », a-t-il dit dans une interview.

Comme lors des rassemblements du printemps dernier contre cette proposition de loi, des manifestants se sont rassemblés jeudi devant le Parlement en brandissant des cintres, symbole des IVG pratiquées dans la clandestinité. Seules quelques centaines d’avortements sont officiellement pratiquées chaque année dans le pays même si les associations de défense de l’IVG dénoncent la multitude d’avortements clandestins. D’après des militants du droit à l’IVG, plusieurs dizaines de milliers de femmes avorteraient illégalement, nombre d’entre elles se rendant en Allemagne ou en Slovaquie.
« Aujourd’hui, les médecins ont peur de pratiquer des avortements légaux, a déclaré Krystyna Kacpura citée par Amnesty International,  directrice de la Fédération pour les femmes et le planning familial. Ils ont peur d’être stigmatisés, peur des répercussions pour leurs hôpitaux. Peur également de la criminalisation. ».

Source : humanite.fr