«L’objectif est de connaître la position de chacun à tout instant»

Les révélations sur la surveillance demeurent une partie du paysage quotidien médiatique. Wikileaks vient de fêter son dixième anniversaire. Le mystérieux Guccifer 2.0 vient de rendre publics les documents qu’il juge provenir de la Fondation Clinton. Les fuites se multiplient…

William Binney et Kirk Wiebe ont beaucoup à dire sur la situation autour de l’Agence nationale américaine de sécurité (NSA), les deux dénonciateurs audacieux ayant demandé, déjà en 2002, à l’inspecteur général du département américain de la Défense d’étudier les pratiques de la NSA. Les deux spécialistes commentent pour Sputnik.

Alors que la NSA est aujourd’hui mondialement connue pour ces démarches contradictoires, la vie quotidienne se poursuit… sous une surveillance permanente ?

Pour William Binney, l’ex-directeur de la NSA Michael Hayden, ainsi que le président George Bush et vice-président Dick Cheney, faisaient partie d’un groupe qui avait décidé de « violer les droits à la vie privée d’abord des citoyens américains et ensuite de tous les habitants du monde ».

Le spécialiste précise qu’aujourd’hui Michael Hayden, en tant que représentant de l’« establishement » américain, se prononce contre le candidat républicain à l’élection présidentielle Donald Trump, qu’il juge imprévisible.

Quant à Kirk Wiebe, il souligne que la collecte totale des données, en particulier, des lettres électroniques et des photos, si bien portée à l’écran par Olivers Stone dans son film consacré Edward Snowden, représente une réalité menaçante. Dans cette situation, l’appel qui insiste que la société Yahoo pratique la lecture des lettres électroniques est un point caractéristique.

« C’est justement une autre longue file de faits et de discussions qui sont remontés à la surface lors de cinq, six, sept années, ce qui montre que ce que Bill et moi nous étions en train de dire, à savoir que le gouvernement avait aléatoirement collecté les lettres électroniques, était vrai », explique l’informateur.

Le logiciel correspondant est toujours en service. Ainsi, selon Kirk Wiebe, le programme de la NSA « Treasuremap », dont les particularités peuvent même être tout simplement googlées, se résume à cette phrase : « L’objectif général de tout cela est de connaître la position de chaque individu ou chaque appareil dans le réseau mondial à tout instant. »

Source : http://www.spiegel.de/