Macron aura-t-il le courage de cesser de vendre des armes à l’Arabie saoudite ?

Depuis deux ans et demi, l’Arabie Saoudite dirige au Yémen une coalition militaire qui multiplie les crimes de guerre et a largement contribué à mettre le pays à genou, explique dans une tribune au « Monde » Philippe Bolopion, de l’ONG Human Rights Watch.

3a3b3dd_HFS-PXP01_YEMEN-SECURITY-AIRSTRIKE_0826_11

Tribune. La vision diplomatique défendue par le président Macron face à ses ambassadeurs cet été fait honneur à la France. Le président, qui estime que le pays a une « responsabilité inédite » face à un ordre du monde « profondément perturbé » s’est engagé à « sans cesse » défendre les droits de l’homme.

Se réclamant d’une « indépendance sans arrogance mais assumée », il assure avoir « établi des relations d’une extrême franchise avec l’ensemble des puissances du Golfe ».

Selon Emmanuel Macron, « on peut réconcilier [le] réalisme à la défense de nos valeurs ». « Nos échanges diplomatiques et économiques avec la Russie, la Turquie ou la Chine ne sauraient justifier qu’on recouvre d’un voile pudique la question des droits de l’homme, car alors c’est nous-mêmes que nous trahissons », a-t-il très justement assuré. Mais qu’en est-il de l’Arabie Saoudite ?

Plus de 5 000 civils tuésDepuis deux ans et demi, l’Arabie Saoudite dirige au Yémen une coalition militaire qui multiplie les crimes de guerre et a largement contribué à mettre le pays à genou. Selon l’ONU, plus de 5 000 civils ont été tués et 8 700 blessés, la plupart par des frappes de la coalition saoudienne. Les forces des rebelles Houthis et de l’ancien président Saleh, combattues par la coalition, se sont aussi rendues coupables de nombreux crimes.

Résultat de ce conflit sans pitié pour les civils, le pays est en proie à la pire crise humanitaire du moment, avec 80 % de la population dépendante d’une aide internationale soumise à de nombreux obstacles.

La diplomatie française devrait soutenir les efforts diplomatiques engagés au Conseil des droits de l’homme, à Genève, pour que toute la lumière soit faite sur tous les crimes commis au Yémen
Lire la suite sur  Le Monde