Macron : les français sont trop payés !

Pour Macron, qui a gagné 900 000€ en 4 mois, les Français sont trop payés. Comme l’a préconisé par ordre chronologique : Goldman Sachs , JPMorgan , Le FMI , Moscovici et dernièrement le MEDEF.

 

Ian Brossat, né le 23 avril 1980 à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), est un homme politique français, membre du Parti communiste français (PCF), conseiller de Paris et adjoint à la maire de Paris chargé du logement et de l’hébergement.

Source: soundcloud.com

Sa carrière professionnelle

Inspecteur des Finances

En , à l’issue de ses études à l’ENA, il intègre le corps de l’Inspection générale des Finances (IGF). Il participe notamment à des missions sur la « valorisation de la recherche », la « fraude aux prélèvements obligatoires et son contrôle » et « la répartition des prélèvements obligatoires entre générations et la question de l’équité intergénérationnelle ».

En , il est nommé rapporteur adjoint de la Commission pour la libération de la croissance française (« commission Attali »). En , il sera nommé par décret membre de cette commission.

Banquier d’affaires

En septembre 2008, il se met en disponibilité de la fonction publique, et devient banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. Recruté par François Henrot sur recommandation de Jacques Attali et de Serge Weinberg, il indique que l’échec de son militantisme local et l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République l’ont poussé vers cette activité.

En 2010, il offre ses conseils à des journalistes membres du bureau de la Société des rédacteurs du Monde (SRM), dans le contexte de la revente du journal ; le journaliste Laurent Mauduit affirme qu’il est alors l’« agent double » d’Alain Minc, qui soutient l’offre de Claude Perdriel pour la revente.

Fin 2010, il est promu associé au sein de la banque.

En , il est nommé gérant et dirige l’une des plus grosses négociations de l’année (le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer). Cette transaction évaluée à plus de neuf milliards d’euros lui permet de devenir millionnaire. François Henrot dira de lui qu’« il aurait été, s’il était resté dans le métier, un des meilleurs en France, sans doute même en Europe ». Entre décembre 2010, date de sa nomination comme associé-gérant, et mai 2012, celle de son arrivée à l’Élysée, Emmanuel Macron indique avoir gagné 2 millions d’euros brut.

>> Salaires : découvrez ce que touchent 30 de nos politiques français