Mauvaise foi, confusion, mensonge… Les arrangements de Sarkozy avec la réalité

Mauvais chiffres, présentation partielle des faits, voire réécriture de l’histoire… Sur France 2, l’ancien président ne s’est pas montré aussi « précis » qu’il voulait le faire croire.

Nicolas Sarkozy arrives a hotel Royal Monceau the day he announced his return to French politics, FRANCE - 19/09/2014/JDD_155402/Credit:JEROME MARS /JDD/SIPA/1409211616

En 2012, « si j’ai perdu, c’était ma responsabilité », a déclaré l’ancien chef de l’Etat, concédant des « erreurs » et la « vanité de certains sentiments ». JEROME MARS /JDD/SIPA

« Est-ce que je peux vous demander d’être précis ? » Nicolas Sarkozy n’a pas ménagé Laurent Delahousse, qui l’avait invité sur le plateau de France 2 dimanche 22 septembre pour son retour en politique. « Vous êtes tellement drogué à l’actu que vous avez perdu la mémoire ?, a-t-il lancé au journaliste mal à l’aise. Monsieur Delahousse, je vous respecte, mais pourquoi ne pas être précis ? »

L’ancien président de la République ne s’est pourtant pas montré très rigoureux lui-même. La preuve en 8 citations décryptées.

 

La dernière année de mon quinquennat, en 2011, la croissance est de 1,7%. Dire que la croissance était de 0 à la fin de mon quinquennat, c’est inexact. Fin 2012, après 6 mois d’augmentation des impôts, la croissance était de 0, oui. »

MAUVAISE FOI. La croissance du PIB français a été de 2,1% en 2011, et non de 1,7%. Quant à la dernière année du quinquennat de Nicolas Sarkozy, c’est bien 2012. Et la croissance a été de 0,3% cette année-là. Certes, le mandat de l’ancien président s’est achevé en mai. Cependant, difficile de considérer que Nicolas Sarkozy et sa majorité n’ont aucune responsabilité dans les sombres performances de l’économie française. Après la récession de 2009, l’Etat a engagé de nombreuses dépenses pour relancer l’économie, ce qui dopé la croissance en 2010 et en 2011, mais qui a creusé les déficits publics. A partir de 2011, Nicolas Sarkozy a fait voter des hausses d’impôt, pour près de 30 milliards d’euros, ce qui a participé au ralentissement de la reprise. En 2012, ce sont des hausses d’impôts votées en 2011 par la majorité de droite qui se sont appliquées, même si la majorité socialiste en a modifié la trajectoire à partir de juin. C’est la poursuite de cette politique de réduction des déficits publics qui a continué à plomber la croissance ensuite.

 

L’Allemagne est prospère, l’Europe n’est pas en crise »

CONFUS. Croissance atone, chômage de masse, endettement… difficile de considérer que l’Europe n’est pas en crise. C’est le continent qui enregistre la plus faible progression dans l’économie mondiale. C’était l’un des sujets de préoccupation pour les vingt plus grandes puissances de la planète, dont les ministres des Finances se sont réunis au G20 à Cairns ce week-end. Nicolas Sarkozy semble vouloir aller à contre-courant en matière d’analyse économique. A moins qu’il ne veuille faire porter entièrement la responsabilité des mauvaises performances de l’économie française sur l’actuelle majorité ? « La zone euro ne peut pas continuer sans croissance », a-t-il lui-même reconnu plus loin. Quant à l’Allemagne, il est vrai que c’est un pays prospère. Mais de moins en moins.  L’économie allemande a subi un brutal coup de frein au 2e trimestre de cette année : son PIB a reculé de 0,2 %, ce qui inquiète tous les économistes et laisse espérer une inflexion de la doctrine allemande pour l’Europe.

 

Plus largement sur la politique économique en Europe : on ne peut pas avoir comme objectif de lutter contre l’inflation alors qu’il n’y a plus d’inflation. »

INEXACT. L’ancien chef de l’Etat fait référence à la politique de la Banque centrale européenne (BCE). Les traités lui donnent, il est vrai, uniquement un objectif sur l’inflation, et non sur l’emploi comme d’autres banques centrales dans le monde. Mais contrairement à ce que dit Nicolas Sarkozy, l’objectif de la BCE n’est pas de lutter contre l’inflation mais d’atteindre un taux d’inflation « en-dessous mais proche de 2% ». En période de forte inflation, lorsqu’elle est supérieure à 2%, cela revient à lutter contre l’inflation. Mais en période de faible inflation, comme aujourd’hui, cela consiste à encourager l’inflation. C’est d’ailleurs ce que fait la BCE, qui mène une politique très volontariste pour soutenir la croissance, en faisant baisser le niveau de l’euro et en soutenant le secteur financier.

 

J’ai un peu honte quand on demande au meilleur de la classe d’apprendre moins bien ses leçons pour que ceux qui sont derrière puissent avoir une meilleure note »

DISCUTABLE. Nicolas Sarkozy fait référence à l’Allemagne, considérée comme la meilleure élève parce qu’elle n’a plus de déficits publics, et à qui de nombreux pays européens demandent d’investir ou de soutenir sa consommation afin de favoriser la croissance européenne. Le rééquilibrage de sa politique fait débat en Europe, car en consommant davantage l’économie allemande serait moins performante. Mais à la différence des notes des élèves d’une classe, les résultats des membres de la zone euro sont intimement liés. Si l’Allemagne ne consomme pas, il est difficile pour ses voisins de lui vendre des produits. Et si l’Allemagne soutient ses voisins, elle y gagne aussi.

 

Il nomme ministre des Finances un banquier, qui traite des ouvrières d’analphabètes. »

APPROXIMATIF. Nicolas Sarkozy fait référence à Emmanuel Macron, ancien conseiller économique de François Hollande à l’Elysée et ancien banquier d’affaires. Celui-ci vient en effet d’être nommé ministre dans le gouvernement Valls II. Mais il n’est pas ministre des Finances, responsabilité qui incombe à Michel Sapin. Emmanuel Macron est ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Il a récemment fait l’objet de nombreuses critiques pour avoir dit publiquement que des salariés d’une entreprise en difficulté auraient du mal à trouver un emploi ailleurs car ils étaient non pas analphabètes, mais illettrés. Ce qui est différent.

 

La campagne de Nicolas Sarkozy n’a pas coûté un centime au contribuable. (…) On nous a donné zéro franc, zéro centime. »

FAUX. Avant
l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy a vu ses comptes de campagne invalidés, en conséquence de quoi il n’a pas été remboursé par l’Etat de quelque 10 millions d’euros, soit la moitié de ses dépenses officielles. Ce n’est pas tout. Pour tenter de réduire les dettes de l’UMP, Nicolas Sarkozy a également fait appel aux dons des militants, qui ouvrent droit à des déductions d’impôts. Sur près de 10 millions, les contribuables ont participé à hauteur de quelque 6 millions d’euros. Soit 600 millions de centimes. Bien entendu, il s’agit d’euros, et non de francs.

 

Avec François Fillon, j’ai travaillé pendant 5 ans sans aucun nuage. « 

SIMPLISTE. Il n’est pas certain que l’ancien Premier ministre en garde le même souvenir. Et pour cause, trois mois à peine après son arrivée à l’Elysée, en août 2007, Nicolas Sarkozy qualifie le chef du gouvernement de « collaborateur » et ajoute « le patron, c’est moi ». La sortie passe mal du côté de Matignon. « Il arrive à chacun de commettre des imprécisions de vocabulaire », commentera, quelques jours plus tard, François Fillon. On apprendra par la suite, dans un livre, que le Premier ministre avait à ce moment-là envisagé de démissionner. Les années suivantes, le climat se dégrade entre les deux hommes. En 2009, Nicolas Sarkozy désavoue François Fillon sur la taxe carbone. En 2010, le Premier ministre déclare : « Nicolas Sarkozy n’a jamais été mon mentor ».

 

Je n’aime pas l’injustice. Toute la campagne présidentielle, on a raconté aux Français que j’étais mouillé dans l’affaire Bettencourt, que j’avais extorqué de l’argent à une vieille dame, deux ans et demi d’enquête,  quatre perquisitions… 22 heures d’interrogatoire. A l’arrivée : non-lieu. »

PARTIEL. Dans la foulée, Nicolas Sarkozy cite l’affaire Karachi : « 10 ans d’enquête. On m’a même suspecté d’être complice de la mort de nos compatriotes. Les pauvres. Aujourd’hui je suis lavé. Qui me rendra mon honneur ? » Sur ces affaires Bettencourt et Karachi, l’ancien président ne dit pas tout. Si un non-lieu a été prononcé au sujet d’un éventuel financement de sa campagne de 2007 par Liliane Bettencourt, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour « corruption active » et « trafic d’influence », avec son avocat Me Herzog et le magistrat Gilbert Azibert dans le cadre de l’affaire dite « des écoutes « , en marge de l’affaire Bettencourt. Idem pour l’affaire Karachi. Comme l’a déjà noté « Libération« , les juges parisiens en charge du volet financier n’étant pas compétents pour enquêter sur les ministres, ils ont demandé en février la saisine de la Cour de justice de la République (CJR) : « Il appartient à la CJR d’entendre Nicolas Sarkozy comme témoin assisté, en qualité de ministre du Budget. » Et surtout, au-delà de ces deux affaires, quid de l’affaire Tapie, de l’affaire des sondages de l’Elysée, et des soupçons de financement de sa campagne 2007 par l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi ? Nicolas Sarkozy « oublie » tout bonnement de les évoquer.

 

Donald Hebert, Estelle Gross et Renaud Février – Le Nouvel Observateur