Moyen-Orient. D’où viennent les armes de l’Etat islamique ?

La récente découverte d’un fusil d’assaut de fabrication chinoise dans l’arsenal de l’organisation Etat islamique relance le débat sur le commerce des armes au Moyen-Orient. Les grands pays exportateurs d’armes, à commencer par les Etats-Unis, ne peuvent plus fermer les yeux sur cette question.

armesei

Fin février, un chercheur de la société britannique Conflict Armament Research, spécialisée dans l’inventaire des armes de guerre, a fait une découverte étonnante. En mission à Kobané – ville du nord de la Syrie, théâtre des combats des forces kurdes contre l’organisation Etat islamique [(EI) ou son acronyme arabe Daech] pendant plusieurs mois –, il a mené une enquête à partir d’un fusil d’assaut ayant appartenu à un combattant de Daech. L’arme dont le numéro de série avait été effacé ressemblait en tout point à un M-16, le fameux fusil d’assaut de l’armée américaine en circulation dans la région. Mais diverses recherches lui ont permis d’affirmer avec certitude qu’il s’agissait en réalité d’un fusil d’assaut CQ de fabrication chinoise, rapporte The New York Times Magazine.

Depuis un an, Conflict Armament Research dresse méthodiquement l’inventaire des armes, véhicules et équipements utilisés par les combattants de l’EI. S’il s’agit pour la plupart d’armes américaines, un rapport publié le 6 octobre 2014 a montré que les équipements de Daech proviennent en réalité de 21 pays différents, parmi lesquels la Russie et la Chine.
Si l’on en croit le long article de Foreign Policy sur le sujet publié en octobre 2014, ce n’est donc pas la première fois qu’on découvre une arme chinoise dans l’arsenal de Daech. Mais un fusil d’assaut CQ de fabrication chinoise, c’est une première ! Or, en 2013, un groupe de recherche indépendant suisse a prouvé que les rebelles du Soudan du Sud avaient en leur possession d’importantes quantités de ce type de fusil d’assaut chinois. Il apparaît donc clairement “que l’EI a obtenu des armes qui transitaient de l’Afrique de l’Est vers la Syrie”, poursuit le New York Times.

L’information montre que Daech ne cesse de multiplier et de diversifier ses sources d’approvisionnement d’armes et d’équipements militaires.

“On retrouve dans l’inventaire de l’EI tous les grands pays exportateurs d’armes : des cartouches de Russie et des Etats-Unis, des fusils de Belgique ou de pays de l’ex-bloc soviétique, des missiles antichar fabriqués par MBDA, le leader européen dans le domaine”, précise le New York Times.

Plus l’arsenal s’agrandit, plus la position de certains Etats qui combattent l’organisation terroriste devient inconfortable. “Si les armes passent aussi facilement d’un conflit ou d’une force combattante à l’autre, alors ces mêmes conflits ne peuvent être considérés comme ‘clairement distincts’, pour reprendre les mots de James Bevan,  directeur de Conflict Armament Research.
Ce fait ne peut plus être ignoré par les Etats qui exportent ou vendent des armes, quel que soit le pays destinataire. “Les armes que possède l’EI ont dans la plupart des cas été exportées en premier lieu par des pays qui avaient l’intention de rendre la région concernée plus sûre. Aujourd’hui elles sont au contraire utilisées par des combattants (…) qui défendent une organisation djihadiste en train de devenir la plus importante et la plus violente de notre époque”, conclut le quotidien.

 

Source : courrierinternational.com