Des musulmans ont défilé contre le terrorisme à Barcelone

Environ 2 000 manifestants, majoritairement Marocains ou Pakistanais, ont défilé le 21 août sur les Ramblas depuis la place de Catalogne pour dire « non au terrorisme ».

Manifestation-membres-communaute-musulmane-lundi-21-place-Catalogne-Barceloneprotester-contre-radicalisation-terrorisme_0_729_486

Une centaine d’associations musulmanes de Catalogne avaient appelé lundi 21 août à un rassemblement contre le terrorisme à Barcelone, sur la place de Catalogne, devant l’entrée des Ramblas, où s’est déroulé jeudi 17 août le premier des attentats qui ont causé la mort de 15 personnes.

Au même moment, on apprenait que la police catalane avait tué l’auteur présumé de cet attentat à une cinquantaine de kilomètres de là. Par ailleurs, les autorités confirmaient que l’imam de Ripoll, organisateur présumé de ces actions, avait bien été tué, 24 heures avant les attentats, lors d’une explosion survenue dans une maison d’Alcanar.

« Nous avons un vrai problème »

Sur la place de Catalogne, deux mille personnes, en majorité d’origine marocaine ou pakistanaise, ont d’abord écouté les représentants de leurs communautés répéter leur «’non’au terrorisme », leur « ’oui’ à la paix ». Ils ont affirmé que ces attentats « n’ont rien à voir avec la religion musulmane » et que cela « ne doit plus jamais exister ».
Un responsable des jeunes musulmans a martelé : « nous avons un vrai problème que nous ne devons pas cacher. Nous devons en parler clairement. »

Les orateurs s’exprimaient le dos aux Ramblas où l’on pouvait voir les lumignons rouges allumés en souvenir des victimes. Face à eux, une forêt de pancartes affirmait en catalan ou en espagnol : « Nous n’avons pas peur » ; « Nous sommes musulmans et nous sommes catalans » ; « Le Coran dit : qui tue une personne innocente tue toute l’humanité » ; « Ni haine, ni peur. Nous sommes aussi des victimes. » Ces pancartes étaient souvent brandies par des femmes marocaines, voilées ou non voilées.

Contents d’être en Catalogne

Certains étaient venus aussi pour dire leur joie de vivre en Catalogne. C’est le cas d’Amin, originaire du Pendjab, au Pakistan. Il est l’un des 2 000 chauffeurs de taxi de Barcelone, arrivé il y a une dizaine d’années, à l’âge de 13 ans. « Nous vivons aussi le terrorisme au Pakistan. Cela ne représente pas l’Islam. Toutes les religions portent un message de paix. »

Quand on lui demande ce qu’il aime le plus ici, Amin répond « le climat, d’abord. Et puis l’ambiance multiculturelle. Jamais, je n’ai senti de racisme. »

Les participants se sont dirigés ensuite vers les Ramblas pour marcher jusqu’au Liceu, l’opéra de Barcelone, où le véhicule du terroriste a fini sa course.

« Phénoménal qu’ils se considèrent comme des Barcelonais »

Ces musulmans demandant à ne pas être assimilés à des terroristes partageaient alors les Ramblas avec ceux qui se recueillaient devant les autels de lumignons rouges dressés pour les victimes. Et la cohabitation semblait fonctionner.

Manolo et son épouse, deux Barcelonais, étaient enthousiastes. « Je trouve cela phénoménal qu’ils soient sortis dans la rue pour dire qu’ils n’ont rien à voir avec les terroristes, qu’ils se considèrent comme des Barcelonais », expliquait-il. Il y eut quelques applaudissements au passage des manifestants. Beaucoup d’intérêt, de surprise aussi.

Source : la-croix.com