Nicolas Sarkozy : La fermeture de Fessenheim est « une erreur historique »

Nicolas Sarkozy est bien décidé à ne pas abandonner sa bataille pour Fessenheim. Après avoir remis en cause la décision de François Hollande de fermer la centrale nucléaire dans une interview accordée au Journal du dimanche, le chef du parti Les Républicains a encore une fois défendu les centrales nucléaires menacées de fermeture.


Lors d’un discours donné pendant le séminaire de son parti sur l’environnement, la mer et l’énergie mardi 3 mai, Nicolas Sarkozy a tourné en ridicule la décision du président Hollande. Et s’il l’a fait avec humour, ce sont surtout le choix de ses mots qui ont marqué: ils sont à peu de choses près les mêmes qu’en 2012.
« On a peur de quoi, d’un tsunami sur le Rhin ? » s’est exclamé Nicolas Sarkozy devant ses militants. Ce trait d’humour, l’ancien président de la République l’avait déjà usé jusqu’à la corde il y a 4 ans, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article

« L’Autorité de sûreté nucléaire, après avoir examiné la centrale, lui a accordé plusieurs années d’exploitation supplémentaires. À lui seul, le site de Fessenheim fournit notamment, l’électricité de toute la région Alsace. Elle rapporte plus de 300 millions d’euros de bénéfices à EDF et elle ne pose aucun problème de sécurité« , plaide-t-il.
« De deux choses l’une : soit les centrales sont dangereuses et, dans ce cas, la France comptant 58 réacteurs nucléaires, pourquoi fermer ceux de Fessenheim et pas les autres ? Soit ce n’est pas dangereux et, dans ce cas-là, pourquoi fermer Fessenheim ? Uniquement, par pure tactique électorale, pour rattraper désespérément les écologistes ? On est très loin du sens de l’État« , dénonce-t-il.


Source : huffingtonpost.fr / fr3

Nucléaire : 12 réacteurs à l’arrêt pour une anomalie de l’acier
L’État français se prépare à l’accident nucléaire ?

Un accident nucléaire coûterait jusqu’à 5.800 milliards d’euros