Nicolas Sarkozy : «J’ai décidé d’être candidat à l’élection présidentielle»

L’ancien président de la République doit se déclarer cette semaine candidat à la candidature pour l’élection présidentielle. Derniers préparatifs de campagne.

c615c2911499ca5d36a5db274b3da1f1-627x417

La date-butoir, fixée de longue date par la Haute Autorité de la primaire, ne lui a guère laissé le choix. Jeudi 25 août au plus tard, Nicolas Sarkozy devra quitter la présidence du parti Les Républicains pour pouvoir être candidat à la primaire de la droite en vue de 2017. Selon son entourage, l’ancien Président finalise le scénario d’une semaine politique dont il souhaiterait être la tête d’affiche. Voici comment il s’y prépare.

► Les lieutenants à la manœuvre
Avant même le retour de Nicolas Sarkozy du cap Nègre (Var), où il a ses habitudes, ses proches lieutenants ont commencé à préparer le terrain… et à tester les éléments de langage de la communication sarkozyste. « On va adopter une organisation qui ressemble à celle de la brigade criminelle », a ainsi lancé Frédéric Péchenard, le directeur général des Républicains – et ancien patron de la police nationale – au Parisien la semaine dernière. Le cap Nègre ? C’est « son QG », assurait un conseiller. Un autre promettait un « blast », c’est-à-dire un effet de souffle pour accompagner le lancement de cette candidature. Quant à Roger Karoutchi, sénateur LR
et ami de Nicolas Sarkozy, il promettait lundi « une campagne d’enfer » dans les semaines qui viennent.

► Le retour de vacances
Nicolas Sarkozy devait finalement revenir du cap Nègre ce lundi. Selon L’Opinion, il devrait retrouver en soirée ses plus proches soutiens, Laurent Wauquiez, Brice Hortefeux, Eric Ciotti et – ralliement de dernière minute – Gérald Darmanin, pour régler les derniers détails de son lancement de campagne.

► Les ralliements pas vraiment spontanés
C’est aussi l’heure des déclarations d’amour à l’ancien chef de l’Etat. Premier à dégainer, samedi, le maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, qui assurait avoir rallié Nicolas Sarkozy à son approche « modérée » des questions de société. Lundi matin sur Europe 1, c’est le patron des députés LR, Christian Jacob, qui révélait son soutien, quitte à faire mordre la poussière à son ancien allié, Jean-François Copé.

► L’annonce
L’ancien chef de l’Etat attendra-t-il le meeting de jeudi, à Châteaurenard, pour se déclarer ? Selon son entourage, cité par Le Monde, il pourrait ne pas attendre la date butoir et annoncer sa candidature à la primaire dès mardi ou mercredi. La façon dont il le ferait – presse écrite en 2006, JT de TF1 en 2012 – n’a pas été dévoilée pour l’heure.

► Le meeting et la campagne
Quoiqu’il arrive, Nicolas Sarkozy devrait être officiellement candidat au soir du meeting prévu jeudi à Châteaurenard, où le député-maire, Bernard Reynès, lui a ouvert un boulevard. Convaincu, d’après son entourage, d’être capable – contrairement aux précédents présidents – de réussir son « retour » en politique, l’actuel patron des Républicains va se lancer dans une campagne fidèle à sa méthode, marquée par une hyperprésence dans les médias et une tentative d’imposer ses thèmes de prédilection à ses adversaires.

Source : http://www.metronews.fr

A LIRE AUSSI