Non, un nouvel organe ignoré de la Science n’a pas été découvert…

« Un 79e organe découvert dans le corps humain », « les scientifiques ont découvert un nouvel organe dans le corps humain »… ce 4 janvier, les titres se suivent et se ressemblent dans la presse en ligne. Certains articles affirment même qu’il aurait été ignoré des chercheurs depuis des siècles ! Pas besoin de passer cette info au scalpel pour comprendre qu’elle est fausse.

Des dizaines d’articles l’ont clamé haut et fort ce 4 janvier : « le corps humain a un nouvel organe : le mésentère ». Certains rédacteurs de presse affirment même que des générations de chirurgiens seraient passés à côté de cette pièce maîtresse de notre anatomie. La fable est distrayante, mais elle reste une fable.

Comme nous l’avons brièvement évoqué sur les réseaux sociaux, le mésentère est loin d’être une pièce inconnue du corps humain. Pour le localiser, il faut tout d’abord observer la membrane qui tapisse notamment notre abdomen et l’extérieur de nos intestins (le péritoine). À peu près à mi-hauteur de l’abdomen, dans sa partie postérieure, le péritoine forme un long et fin repli, pour venir entourer l’intestin. Une artère (la bien nommée artère mésentérique) s’y fraie un chemin pour irriguer cet intestin.

Il y a près de cinq ans, en mars 2012, des chercheurs nord-américains publient dans la revue scientifique Colorectal disease un article présentant une analyse de la structure du mésentère. Après l’avoir longuement scruté à l’aide de différentes techniques de microcopie, ils sont formels : le mésentère n’est pas, comme les livres d’anatomie l’affirment, un banal assemblage de tissus conjonctifs discontinus, mais bien une structure continue. D’autres analyses, menées par les mêmes chercheurs, semblent confirmer cette continuité.

Or, l’indépendance structurelle est l’un des critères permettant de distinguer les organes les uns des autres. Un organe doit aussi, par définition, assurer une fonction physiologique spécifique. Si la continuité du mésentère venait à être confirmée par des recherches indépendantes, et si une ou plusieurs fonctions spécifiques lui étaient reconnues par la communauté scientifique (ce qui est encore loin d’être avéré), son « reclassement » serait assuré.

En novembre 2016, les auteurs des travaux de 2012 ont plaidé en ce sens dans la revue the Lancet Gastroenterology & Hepatology. Mais un plaidoyer n’est pas un verdict et, pour l’heure, les arguments n’ont guère été débattus… Outre-Atlantique, le Washington Post ne s’y est pas trompé, présentant l’information avec toutes les précautions journalistiques d’usage.

Résumons-nous : non, le mésentère n’a pas été officiellement requalifié en tant qu’organe ; non, les livres d’anatomie ne doivent pas être d’urgence réimprimés ; et non, un élément du corps humain n’a pas échappé au regard des chirurgiens… ni même des artisans bouchers [1] !
[1] Chez le veau, le mésentère évoque la forme d’une fraise, et est parfois commercialisé sous ce nom en tant qu’abat – même le mot semble, de plus en plus fréquemment, désigner l’ensemble des intestins.

Source : francetvinfo.fr