Paquet à dix euros: les buralistes d’Andorre se frottent les mains

« C’est bon pour nous. C’est évident »: en Andorre, les commerçants se frottent les mains à la perspective d’un paquet à dix euros en France, soit cinq fois environ le prix dans la principauté pyrénéenne.

4f3b44c4f4481b456e6a21ad2b569e7b-627×418

Sous un soleil de plomb, les voitures et campings-cars se suivent en file indienne sur la nationale 20 qui monte à la frontière franco-andorrane. « Notre maximum est de 5.800 véhicules par jour », explique Frédédic Cattoen, chef divisionnaire au poste de douane de Porta (Pyrénées-Orientales).

Dans la file, un vieux break aux pare-chocs rapiécés est prié de se ranger sur le bas-côté. Le coffre ouvert laisse apparaître quelques cartouches de cigarettes scellées avec la demi-bouteille de Ricard traditionnellement offerte avec le lot, et quelques litres d’autres alcools.

« C’est du trafic de fourmi », explique un douanier. « Ils n’ont qu’une ou deux cartouches de plus que la limite (une cartouche et demie) mais ils font l’aller-retour parfois tous les jours depuis Toulouse pour les revendre ».

« Non, je ne revends pas », assure le conducteur au fort accent d’Europe de l’Est.

« Quand vous savez qu’une cartouche de Marlboro vaut 70 euros en France et 35 en Andorre, vous comprenez pourquoi ils font les cinq heures de trajet aller-retour », explique Frédéric Cattoen. « Alors si le paquet passe à dix euros en France… »

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé début juillet qu’elle souhaitait porter le prix du paquet de cigarettes à 10 euros d’ici trois ans. Dix euros, ce serait cinq fois environ le prix du paquet le moins cher en Andorre (1,79 euro).

« C’est certain, on ne va pas s’arrêter de venir acheter nos cigarettes ici. Et ils vont être encore plus nombreux », résume Olivier, 65 ans. Le retraité à la voix rauque de fumeur vient tous les mois du Tarn-et-Garonne, à environ trois heures de route, pour « faire le plein », dit-il entre les rayons du supermarché « EuroMercat », au Pas-de-la-Case.

Situé à cinq minutes de la frontière française, le village andorran a des allures d’immense supermarché à ciel ouvert. « Promo tabac », « prix choc », « 50% gratis »… promettent d’alléchantes affiches sur les kms de vitrines surchargées de cartouches et bouteilles d’alcools.

– ‘Je n’achète jamais en France’ –

« Les visiteurs sont à 90% Français », indique Jean-Jacques Carrié, président de l’Union des commerçants du Pas-de-la-Case (250 adhérents environ).

« Ils viennent ici pour la journée faire leurs achats, en priorité du tabac et de l’alcool », résume-t-il. « Avec le paquet à dix euros, il y en aura encore plus ».

« C’est facile », résume Valérie, 46 ans. « Nous sommes quatre dans la famille à fumer: nous économisons 270 euros par mois, rien qu’en cigarettes ». Tous les mois, elle fait les 2h30 qui la sépare de chez elle, à Carcassonne, pour aller acheter ses « clopes » à moitié prix. « Je n’achète jamais en France ».

« Tous les ans, huit millions de touristes vont en Andorre. Ils ne viennent pas pour visiter, ce sont des acheteurs », enrage Gérard Vidal, président des Buralistes frontaliers de France.

« 850 tonnes de tabac sont importés tous les ans en Andorre. Or les habitants n’en consomment que 120 tonnes: tout le reste, c’est pour les étrangers », insiste-t-il.

Dans la région Occitanie, 33% environ des cigarettes sont achetées à l’étranger, soit le plus fort taux de l’Hexagone, devant les Hauts-de-France (32%) et le Grand Est (31%), selon une étude de juillet 2017 du cabinet d’audit KPMG.

Dans ce montant, les achats légaux, dans la limite de la franchise douanière, représentent quasiment autant que la contrebande: 480 millions de cigarettes ont été légalement achetées en Andorre et fumées en France en 2016, selon KPMG.

Un paquet à dix euros ne devrait pas enrayer ce phénomène. « C’est bon pour nous, c’est évident », juge Sergi Fauste, gérant du magasin « Taxe Free ». Mais il ne faut pas se faire trop d’espoir, avertit-il: « les commerçants andorrans vont en profiter pour augmenter leurs prix, comme ces dernières années, quand le paquet a gagné un euro environ ».

sOURCE : afp