Le Pen était absente du Parlement européen le jour d’un vote pour renforcer le contrôle aux frontières

Marine Le Pen a toujours dénoncé les Accords de Schengen. Plus récemment, après l’attentatperpétré à Berlin le 20 décembre dernier, plusieurs élus FN et LR ont rapidement dénoncé « l’Europe passoire » quand on a appris que l’auteur de l’attaque avait été abattu lors d’un contrôle à Milan. « Cette escapade dans deux ou trois pays a minima est symptomatique de la catastrophe sécuritaire totale que représente l’espace Schengen », expliquait la présidente du Front national. Et pourtant, au moment où l’Europe renforce justement ses contrôles aux frontières, aucune trace de Marine Le Pen. Disparue.

Jeudi 16 février, sans qu’aucun média ne s’en fasse l’écho, les députés européens ont approuvé l’obligation de contrôler l’identité de tous les citoyens « qui franchissent les frontières extérieures de l’UE ». Jusqu’à présent, cette mesure n’était absolument pas obligatoire. Pourquoi voter cette résolution ? Sur le site du Parlement européen, l’explication est très claire :

C’est une réponse aux menaces terroristes en Europe, illustrées par les attentats récents de Berlin, Bruxelles et Paris, et au phénomène des ‘‘combattants étrangers’’, tels que les citoyens de l’UE qui rejoignent des groupes terroristes dans des zones de conflit, comme le groupe État islamique en Syrie et en Irak, par exemple.

La résolution a été adoptée par 469 voix en faveur, 120 contre, avec 42 abstentions. Et le FN dans tout ça ? Comme l’a repéré le journaliste Jean-Sébastien Lefebvre, l’eurodéputée Marine Le Pen n’était tout simplement pas là. Elle n’a donc pas pris part au vote.

 

Et ce n’est pas tout, certains députés européens frontistes qui avaient daigné se déplacer à Strasbourg ont préféré s’abstenir. Quand on regarde en détail les votes, on s’aperçoit aussi que l’eurodéputé FN Gilles Lebreton a  voté contre.

On résume : le Front national passe son temps à décrier l’espace Schengen, responsable, selon lui, de l’immigration clandestine et coupable de laisser entrer des terroristes sur son sol. Mais quand il s’agit de voter des résolutions pour renforcer les contrôles aux frontières dans ce même espace Schengen, le FN est aux abonnés absents. Logique,
bien sûr.

Source : Le Lab