Le Pen va à la Trump Tower mais personne ne la reçoit : un gros fail ?

Ni Donald Trump, ni ses équipes n’ont daigné recevoir la candidate frontiste.

Coup de com’ ou couac ? En voyage à New-York, Marine Le Pen s’est présentée ce jeudi à la Trump Tower sur la 5e Avenue de New York, où réside le futur président américain. Mais ni celui-ci, ni ses équipes n’ont daigné la recevoir.

Des photos de la candidate frontiste, attablée avec son compagnon Louis Alliot au sous-sol de la Trump Tower ont commencé à embraser les réseaux sociaux vers 17 heures, heure française. Retour sur cet épisode.

Un simple café

Avec son compagnon Louis Alliot, la candidate frontiste à l’élection présidentielle est allée boire un café au Trump Ice Cream Parlor, la cafétéria installée au sous-sol de la Trump Tower . Libre d’accès, cet espace très prisé des touristes l’est aussi des journalistes. Ce qui explique les photos qui ont très vite circulé sur Twitter. L’une des premières d’entre elles, partagée par un journaliste du Huffington Post américain, montre Marine Le Pen entourée de trois personnes.

Quelques minutes plus tard, un autre journaliste de Buzzfeed indique qu’elle refuse de répondre aux sollicitations de la presse. Jeudi matin sur RMC, son porte-parole de campagne, le député frontiste David Rachline avait refusé de confirmer si elle allait ou non rencontrer Donald Trump. « C’est un déplacement privé, je ne commente pas », s’était-il borné à dire.

Trump ne l’a pas reçu

Mais pourquoi venir boire un café au sous-sol du domicile de Donald Trump, à une semaine de son entrée en fonction, sinon pour le rencontrer ? Si telle était l’intention de Marine Le Pen, la porte-parole de Donald Trump, Hope Hicks, a en tout cas sèchement levé l’ambiguïté :

« Marine Le Pen ne rencontrera aucune personne de notre équipe. »

« La Trump Tower est un lieu ouvert au public », a-t-elle insisté.

Alors… gros fail ? Cette visite n’a en tout cas pas laissé ses adversaires politiques indifférents. Le coordinateur de la campagne de François Fillon pour la présidentielle a carrément jugé cette tentative « minable » et « dérisoire ». « La représentante du Front national qui se précipite aux Etats-Unis, outre Atlantique, qui essaie de toquer à la porte de M. Trump, qui lui ouvre à peine. C’est un peu minable » et « c’est dérisoire », a-t-il estimé sur BFMTV.

Marine Le Pen n’a jamais caché sa sympathie pour le nouveau président élu des Etats-Unis. En novembre, après son élection, elle déclarait par exemple :

« Clairement, la victoire de Donald Trump est une pierre supplémentaire dans l’émergence d’un nouveau monde. » 

Source : nouvelobs.com