Les populistes européens se réclament de Donald Trump

Le Front national et ses alliés européens, réunis à Coblence, en Allemagne, ont cherché à
s’inscrire dans le sillage du nouveau président américain.

Coblence n’est pas Washington, et Marine Le Pen n’est pas Donald Trump. Mais le discours d’investiture du nouveau président des Etats-Unis, prononcé vendredi 20 janvier, a trouvé une forme d’écho de ce côté-ci de l’Atlantique. La présidente du Front national et ses alliés européens, réunis samedi au palais des congrès de la cité allemande, ont tous souhaité inscrire leurs pas dans ceux du milliardaire qui défend « l’Amérique d’abord ».

>> Un ex de Goldman Sachs, une milliardaire, un anti-IVG… Le gouvernement Trump

« Nation », « maîtrise des frontières », « défense des peuples », « patriotisme », « souveraineté », « défense de l’identité nationale »« Ces grandes idées sont portées en Europe et au-delà de l’Europe. (…) C’est au nom de ce pack d’idées que M. Trump a été élu et investi hier », a déclaré Mme Le Pen, lors d’une conférence de presse, à l’issue de la réunion.

Certes, le groupe Europe des nations et des libertés (ENL), qui réunit au Parlement européen le Front national français, le FPÖ autrichien, la Ligue du Nord italienne, ou encore le PVV néerlandais – tous présents à Coblence –, représente la plus petite formation au sein de l’institution européenne, avec seulement quarante députés. Certes, ces partis populistes restent, pour l’heure, à l’écart du pouvoir au niveau national dans leurs pays respectifs.

Une « nouvelle Europe »

Mais les chefs de file de l’extrême droite européenne veulent croire qu’ils représentent la face émergée d’une « nouvelle Europe », comme l’a affirmé Geert Wilders, président du PVV. « Le monde change, l’Amérique change, l’Europe change », a-t-il dit.

En 2017, quatre scrutins majeurs auront lieu sur le Vieux continent : la présidentielle et les législatives en France ; des législatives aux Pays-Bas et en Allemagne.

« 2017 sera l’année du réveil des peuples de l’Europe continentale », a prophétisé Marine Le Pen, après s’être félicitée du choix du Royaume-Uni, en 2016, d’opter pour le « Brexit ». Ajoutant : « Si les peuples venaient à découvrir qu’ils ne sont pas si différents, et qu’ils ont tous un intérêt commun, celui de la liberté, alors, c’en serait fini de l’Union européenne. »

La présidente du FN a néanmoins semblé mettre de l’eau dans son vin quant à la question de l’euro. Certains de ses alliés, tel le FPÖ, s’interrogent sur l’opportunité de continuer à s’afficher au côté de Marine Le Pen du fait de sa virulence envers les institutions européennes, dont la petite économie autrichienne reste dépendante. Heinz-Christian Strache, le président du FPÖ, était absent du rendez-vous de Coblence, remplacé par le secrétaire général du parti, Harald Vilimsky.

« Je ne dis pas qu’il faille pour chaque pays quitter la zone euro, c’est un choix souverain. Mais il faut laisser à chacun, s’il le souhaite, la possibilité d’en sortir », a déclaré Mme Le Pen lors d’un discours prononcé dans la matinée devant plusieurs centaines de personnes. En juin 2015, lors de la constitution du groupe ENL au Parlement européen, le son de cloche était, en apparence, un peu différent. « Nous entendons travailler à convaincre qu’une dissolution concertée de la zone euro serait la solution la plus raisonnable aujourd’hui », soutenait alors la députée européenne.

Le mot d’ordre du « chacun maître chez soi » a permis aux participants, unis dans leur dénonciation de l’immigration, de mettre sous couvert leurs divergences programmatiques. Certains, comme Matteo Salvini, président de la Ligue du Nord, ou Geert Wilders, ont eux préféré cibler l’islam : « L’Europe n’est pas islamique, c’est notre maison », a défendu le premier ; « Plus de 10 % des musulmans aux Pays-Bas sont prêts à utiliser la violence », a ajouté le second.

« Presse menteuse ! »

Lors de la conférence de presse organisée après les discours des différents représentants – Frauke Petry, présidente de l’AfD allemande, a conclu ces interventions –, Marine Le Pen a félicité la « justesse d’analyse » des médias présents – trois cent cinquante journalistes étaient accrédités, selon les organisateurs – pour mieux souligner la confiance qui l’habite. « Vous êtes là parce que vous avez compris qu’il est en train de se passer quelque chose. C’est autour de cette tribune que se présentent ceux qui viennent offrir une alternative pour l’Europe », a-t-elle assuré. C’est bien le seul moment où la presse a été épargnée.

Certains médias de l’audiovisuel public allemand, comme la radio ARD, ont été interdits d’accès au palais des congrès lors des discours matinaux. L’AfD leur reproche un traitement jugé « orienté ». Durant son propre discours, le député européen Marcus Pretzell (AfD), compagnon de Mme Petry et organisateur de l’événement, a fait huer certains journalistes. « Presse menteuse ! », ont alors crié des personnes parmi le public.

« Les médias grand public, vous avez beaucoup de changements à faire (…) Nos électeurs se soulèvent contre vous », a ensuite lancé l’eurodéputée britannique Janice Atkinson, membre de l’ENL, lors de la conférence de presse. Une rhétorique directement empruntée à Donald Trump.

Une manifestation s’est tenue dans les rues de la ville contre le rassemblement de l’ENL. De ce point de vue-là, aussi, Coblence ressemblait un peu à Washington.

Source : Le Monde