Quand Marine Le Pen embauche son compagnon à 5 000 euros par mois pour un temps partiel

5 000 euros par mois pour un temps partiel, c’est le montant du salaire d’assistant parlementaire de Louis Aliot accordé par sa compagne Marine le Pen, elle-même députée européenne, selon Mediapart. La présidente du FN a porté plainte contre le quotidien en ligne.

Marine Le Pen embauche son compagnon

Pour le Parlement européen, il n’y a pas de doute, Marine Le Pen est en plein conflit d’intérêts. Selon le site Internet Médiapart qui s’est procuré le contrat de travail du compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, ce dernier est employé par sa compagne comme assistant parlementaire à mi-temps pour pas moins de 5 000 euros bruts par mois. Un problème pour le Parlement européen pour qui cette embauche n’est pas règlementaire.

L’enveloppe parlementaire ne doit pas financer les services des conjoints

Le problème de cette embauche n’est pas tant dans le salaire relativement important de Louis Aliot mais plus dans le fait qu’il n’a pas à être embauché par sa compagne. Le règlement du Parlement européen précise en effet que l’enveloppe mise à disposition des députés pour rémunérer leurs collaborateurs
ne doit justement pas « financer les contrats permettant l’emploi ou l’utilisation des services des conjoints des députés ou de leurs partenaires stables non matrimoniaux ».

Marine Le Pen se défend et porte plainte

Pour sa défense la présidente du Front National a affirmé au Parlement qui demandait des explications que juridiquement Louis Aliot ne pouvait être considéré comme son « conjoint » ni comme « un partenaire stable non matrimonial ». Elle a immédiatement décidé de porter plainte contre Mediapart pour diffamation. Dans un communiqué la présidente du Front national affirme « qu’aucune situation de conflit d’intérêts n’existe dans les contrats la liant à ses assistants parlementaires ».

Interrogations autour de Florian Philippot|||En plus de son conflit d’intérêts avec son compagnon, il semblerait qu’il y en ait un autre avec le vice-président du FN, Florian Philippot. Lui aussi a été embauché plusieurs mois comme assistant parlementaire mais en 2012 alors qu’il était également directeur de campagne de Marine Le Pen lors de la course à l’Élysée.

Source : BFMTV (18/07/2013  )