Pour relancer l’industrie du charbon, les Etats-Unis réautorisent la pollution des cours d’eau

Alors que Donald Trump avait promis de relancer le secteur, le Congrès vient de renverser une réglementation adoptée sous Obama visant à limiter le versement des déchets des mines dans les cours d’eau. Problème : les emplois ont commencé à disparaître avant ce décret.

Dès 2014, Donald Trump s’insurgeait de «la guerre contre le charbon menée par Obama» qui, selon lui, tuait «des milliers d’emplois américains», rendaient les Etats-Unis «dépendants de [leurs] ennemis» et créaient «un énorme désavantage commercial». Deux ans plus tard, en pleine campagne électorale, le même Donald Trump n’a cessé de marteler à chacun de ses discours sa volonté de relancer l’industrie du charbon et de ramener les emplois dans les mines.

 

Chose promise, chose due. Par un vote de 54 à 45, le Sénat, à majorité républicaine, a approuvé jeudi une résolution, déjà adoptée à la Chambre des représentants, pour annuler la «Stream Protection Rule». Cette réglementation, adoptée par Obama le 19 décembre, quelques jours avant qu’il ne quitte la Maison Blanche, visait à limiter le versement des déchets des mines de charbon dans les cours d’eau.

Arsenic et mercure

Pour extraire le charbon, les compagnies minières utilisent depuis les années 70 dans les Appalaches, dans l’Est des Etats-Unis, le «mountain top removal». Cette technique d’extraction consiste à «enlever le sommet de la montagne», via l’utilisation d’explosifs pour atteindre les couches de charbon. Les débris sont généralement déversés dans les vallées, ce qui conduit à la contamination des rivières et des ruisseaux avec des métaux lourds et toxiques, tels que l’arsenic ou le mercure. L’ONG Appalachian Voices estime dans un rapport daté
du 3 février que cette technique est responsable de la destruction de 500 montagnes et de la contamination de plus de 2 000 kilomètres de cours d’eau dans les Appalaches.

Loin de régler tous les problèmes environnementaux liés à l’extraction du charbon, la «Stream Protection Rule» avait au moins le mérite d’imposer plusieurs restrictions aux compagnies minières, comme l’instauration d’une zone tampon entre les mines de charbon et les cours d’eau. Elle obligeait aussi les compagnies à restaurer les cours d’eau endommagés par l’extraction.

«Soulagement pour les mineurs»

Mais côté républicains, cette loi était vue comme dévastatrice pour le secteur du charbon. «Heureusement, avec le président Trump, nous avons maintenant un partenaire à la Maison Blanche qui comprend à quel point ces excès bureaucratiques peuvent être irresponsables et nuisibles», s’est réjoui David McKinley, élu républicain de la Virginie-Occidentale à la Chambre des représentants. «La loi que nous avons adoptée aujourd’hui aidera à mettre fin à cette règle désastreuse et à procurer un soulagement aux mineurs de charbon et à leurs familles», s’est félicité à son tour Mitch McConnel, sénateur républicain dans l’Etat minier du Kentucky, qui admet néanmoins que cette résolution ne sera pas suffisante pour relancer l’industrie du charbon.

 

De fait, ce type de réglementation prise par Barack Obama est loin d’être l’unique responsable de l’effondrement du secteur, comme le laisse penser les républicains. Dans un article daté de 2013, le Washington Post rappelle que les mines des Appalaches se sont épuisées avec le temps et que le secteur souffre de la concurrence avec l’extraction du charbon dans l’Ouest, en particulier dans le Wyoming. La chute des emplois ? Elle a commencé bien avant l’arrivée d’Obama à la Maison Blanche, assure le quotidien, du fait de l’amélioration des techniques d’extractions qui nécessitent moins de main-d’œuvre. Surtout, le secteur pâtit de la concurrence de plus en plus rude avec le gaz naturel, bien moins cher.

Passage en force

Pour renverser cette réglementation, les républicains ont une nouvelle fois eu recours au Congressional Review Act (CRA). Cette loi de 1996 permet au Congrès d’invalider n’importe quelle règle mise en œuvre par une agence fédérale après le 30 mai, à une simple majorité. Alors qu’elle n’avait été utilisée qu’une seule fois sous George W. Bush, en 2001, c’est la deuxième fois en une semaine que les républicains s’en servent. Mercredi, la Chambre des représentants avait déjà voté l’annulation d’une règle anticorruption adoptée sous Obama qui obligeait les entreprises pétrolières, gazières et minières à divulguer les paiements versés aux gouvernements étrangers. Selon Vox, une cinquantaine de réglementations adoptées pendant les derniers mois d’Obama pourraient subir le même sort.

Source : Libération