Respirer sous l’eau, c’est pour bientôt !

Vieux rêve de l’humanité, l’homme-poisson, capable de plonger sans bouteilles ni tuba, sera bientôt une réalité grâce à un cristal permettant de filtrer l’oxygène présent dans l’eau. Le professeur Gardette, spécialiste français, ouvre les eaux de cette solution magique.

Respirer-sous-leau

Comme un poisson dans l’eau. Mis au point par le docteur Christine McKenzie de l’université Southern Danemark, le cristal d’Aquaman – évidemment nommé en hommage au super-héros de comics – peut aspirer et stocker l’oxygène présent dans l’eau à un niveau de concentration jamais atteint. Constitué de cobalt combiné à de l’azote, son étude le décrit comme un cristal-aspirateur qui isole les molécules d’oxygène à la manière d’un filtre pour les restituer ensuite, ne laissant entrer que de l’air dans les poumons.McKenzie-aquaman

 

De la science-fiction ? « Non, nous confirme le spécialiste français de la respiration sous-marine Bernard Gardette, ce sont des procédés qui sont d’ores et déjà au point : avec l’hydrolyse, on parvient à séparer l’oxygène de l’eau. » Déjà auteur de thèses sur les Effets de l’hydrogène utilisé en mélange gazeux pour la plongée profonde chez le mammifère, le professeur Gardette affirme que cette découverte est apte à remplacer les équipements actuels.

« Grâce à la chimie, ce cristal fonctionne de la même manière que des branchies artificielles. »

Homo Atlanticus. Avec le cristal d’Aquaman, plus besoin de bouteilles pour plonger. Disposés dans un masque adapté, quelques grains permettent à un plongeur de rester très longtemps sous l’eau car ils agissent comme une éponge, en pouvant aspirer et filtrer inlassablement l’eau.

Ici, un échantillon du futur remplaçant de votre bouteille d’oxygène…
Ici, un échantillon du futur remplaçant de votre bouteille d’oxygène…

Beaucoup plus de liberté, beaucoup moins de contraintes. « Dans l’avenir, on pourrait imaginer des cristaux filtrant également l’azote. Cela permettrait de descendre beaucoup plus profond, car avec l’oxygène on ne peut pas dépasser quelques dizaines de mètres. Équipés de masques en circuits fermés combinant oxygène et azote, et qui recycleront également le gaz carbonique que l’on expire, les plongeurs n’auront plus de limites. » Et n’auront jamais été aussi proches des poissons. Outre la plongée comme loisir, cette technologie pourra être utile rapidement, pour vivre dans les villes sous-marines de demain… Inspirez !

Source : canalplus.fr