Royaume-Uni : grève inédite chez McDonald’s contre les contrats « zéro heure »

Plusieurs dizaines de salariés de McDonald’s ont manifesté pour réclamer une hausse des salaires et de meilleures conditions de travail dans deux de ses établissements. Ce mouvement a reçu le soutien du leader de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn.

mcdonald-s-arrete-son-contrat-avec-le-cio-plus-tot-que-prevu
C’est une première dans l’histoire de la restauration rapide au Royaume-Uni. Une quarantaine de salariés de deux restaurants McDonald’s, situés à Cambridge et à Crayford, au sud-est de Londres, ont fait grève ce lundi pour dénoncer entre autres l’usage des contrats « zéro heure » et réclamer de meilleurs revenus. Le mouvement social est emmené par le syndicat du secteur de la restauration, Bakers, Food and Allied Workers Union (BFAWU). La multinationale emploie 115.000 personnes dans 1.249 restaurants rien qu’au Royaume-Uni.

Des salaires jugés trop modestes

Le conflit porte principalement sur des salaires jugés trop modestes, les conditions de travail et la sécurité de l’emploi. Les salariés en grève dénoncent l’utilisation des contrats « zéro heure » qui ne garantissent aucun horaire et donc aucune rémunération fixe à l’employé. Selon les chiffres de l’Office for national statistics,  le nombre de personnes employée dans le cadre d’un contrat dit « zéro heure » s’élevait à 910.000 à la fin du dernier trimestre 2016, soit un record depuis le début des années 2000. Les employés réclament également un revenu d’au moins 10 livres par heure et une plus grande sécurité dans le nombre d’heures travaillées.

Selon des propos rapportés par l’agence de presse PA, le président de BFAWU Ian Hodson a lancé lors d’un piquet de grève à Cambridge que :

« Depuis trop longtemps, les travailleurs dans les chaînes de restauration rapide comme McDonald’s ont à subir de mauvaises conditions de travail, des réductions drastiques dans le nombre d’heures travaillées et même du harcèlement sur leur lieu de travail. »

Un porte-parole syndical a déclaré selon Reuters que les grévistes demandaient également à des délégués syndicaux d’inspecter les restaurants à travers le pays. Deux responsables de la branche de Cambridge ont été suspendus cette année pour intimidation et harcèlement, a précisé le syndicat.

Soutien de Jeremy Corbyn

Ce mouvement de grève a par ailleurs reçu le soutien du parti travailliste de Jeremy Corbyn, principal leader de l’opposition. Dans un post Facebook, celui-ci a expliqué que « le parti travailliste offrait tout son soutien et sa solidarité aux salariés de chez McDonald’s syndiqués au BFAWU, qui font l’histoire aujourd’hui. Ils défendent les droits des travailleurs en menant la première grève dans un McDonald‘s au Royaume-Uni ».

De son côté, le groupe américain, implanté au Royaume-Uni depuis 1974, a déclaré que les grévistes représentaient moins de la moitié des 33 salariés syndiqués ayant participé au vote et que le mouvement portait sur les procédures de règlement interne des conflits, et non sur les salaires ou les contrats. Selon un porte-parole, la multinationale et ses restaurants franchisés ont proposé à leurs équipes des contrats à horaires garantis mais, jusqu’à présent, 86% des employés ont choisi de conserver leurs contrats sans horaires fixes. Le groupe avait annoncé en avril que ses travailleurs auraient désormais la possibilité d’opter pour un contrat flexible, choisi par la majorité des employés, ou pour un contrat stable avec un minimum d’heures garanties. « McDonald’s UK et ses franchises ont mis en place trois hausses de salaires depuis avril 2016, ce qui a augmenté le salaire moyen horaire de 15% », se défend un porte-parole du groupe. D’autres grèves aux Etats-Unis et Belgique ont également eu lieu ce lundi ainsi que des manifestations en soutien aux salariés de McDonald’s dans 14 villes britanniques.

Source : La Tribune