La Russie ferme le bureau d’Amnesty International à Moscou

En arrivant à leur bureau, mercredi 2 novembre au matin, les employés d’Amnesty International à Moscou ont buté sur les serrures de leur porte, posées à même le sol au milieu d’un petit tas de copeaux et de fils. L’alarme avait été débranchée et l’électricité coupée. Un scellé sur la porte, portant le cachet de la ville de Moscou, interdisait à quiconque de pénétrer dans les locaux « sans la présence d’un responsable municipal ». Interloquée, l’équipe de l’ONG de défense des droits humains a tenté de joindre le numéro affiché. Sans succès.

5024245_6_f1df_les-serrures-des-locaux-de-l-ong-amnesty_210fe33476a01ae724356b244fb241f5

« Personne ne nous répond », expliquait au Monde Sergueï Nikitine, le directeur d’Amnesty Russie, quelques instants après cette découverte, qui l’a laissé désemparé. « Personne ne nous a prévenus de quoi que ce soit. Nous avons toujours payé le loyer régulièrement », poursuivait-il, en s’interrogeant : « Est-ce un signal ? Un avertissement ? » En fin de journée, la ville de Moscou a fini par avancer des retards de paiement « importants ». « Cette affirmation étrange n’est tout simplement pas vraie, a répliqué John Dalhuisen, le directeur Europe de l’ONG. Amnesty International n’a pas reçu d’avertissement préalable, et nous avons les documents prouvant que la location est à jour, y compris pour le mois d’octobre. » Jeudi matin, M. Nikitine a publié, sur son compte Twitter, la dernière facture réglée et datée de fin septembre. La mairie a donné deux semaines à l’ONG pour récupérer ses biens à l’intérieur des 61 m2 qu’elle occupait depuis 1999.

Ainsi expulsée, Amnesty International craint de devoir subir le même sort qu’International Crisis Group. Cette autre ONG spécialisée dans l’analyse des conflits avait fini, après une série de tracasseries administratives, par se voir refuser le nouvel enregistrement que lui réclamait le ministère de la justice, en juin 2014. Tout comme les associations russes, promptement classées « agents de l’étranger » dès qu’elles contreviennent au discours dominant du Kremlin, les organisations internationales sont en effet de plus en plus dans le collimateur du pouvoir.

« La tête dans le trou des WC »

La fermeture d’Amnesty à Moscou intervient au lendemain d’une critique vigoureuse de son responsable, M. Nikitine, après l’émoi suscité par le sort d’Idlar Dadine. Condamné à deux ans et demi de prison, et expédié en septembre dans le camp pénitentiaire n° 7, à Segueja, en Carélie (nord-ouest de la Russie), cet homme de 34 ans a dénoncé la torture qu’il y subit dans une lettre adressée à sa femme par l’intermédiaire de son avocat, et rendue publique sur le site Internet Meduza.

« Nastia [diminutif d’Anastasia], si tu décides de publier ces informations qui me concernent, essaie de les diffuser le plus largement possible. Cela permettra d’accroître mes chances de rester en vie », écrivait-il, avant de détailler les mauvais traitements infligés. Battu à plusieurs reprises, il racontait ainsi son enfer : « Il y avait jusqu’à dix ou douze personnes à me frapper à coups de pied en même temps. Après le troisième passage à tabac, ils m’ont fourré la tête dans le trou des WC du mitard. »

Suspendu par les mains menottées derrière le dos, menacé de viol et de mort pour le dissuader de poursuivre sa grève de la faim, Idlar Dadine est le premier prisonnier à avoir été condamné par l’article 212.1, introduit en 2014 dans le code pénal russe, qui punit jusqu’à cinq ans de prison toute personne participant à une manifestation ou à un meeting « violant les règles ». A plusieurs reprises, tout seul à Moscou, il avait brandi des pancartes critiques envers le pouvoir – l’une d’elles proclamant seulement « Je suis Charlie ».

5024244_6_6e23_photo-d-archive-datee-du-6-avril-2014_e928834ce2505d671119b7e802299840

Au nom d’Amnesty, M. Nikitine avait été l’un des premiers à réagir, en réclamant la libération immédiate du prisonnier. « Les déclarations d’Idlar Dadine (…), malheureusement, ne sont que les dernières d’une série de rapports crédibles indiquant que la torture et d’autres mauvais traitements sont largement utilisés, en toute impunité, dans le système pénal russe, afin de réduire au silence toute forme de dissidence », s’était-il indigné. Coïncidence ou pas, le lendemain, les portes de l’ONG étaient fermées.

Source : Le Monde