Saint-Martin : l’Etat déploie l’armée pour mettre fin aux pillages

A l’issue d’une réunion de crise à l’Elysée ce samedi 9 septembre, le Premier ministre Edouard Philippe a fait le point sur la situation à St-Martin et St Barthélémy après le passage de l’ouragan Irma et avant José. Il annonce un important déploiement de l’armée sur place.

edouard_philippe-635141

« Le bilan matériel et humain est lourd, il est encore incomplet et incertain », a d’abord déclaré le Premier ministre à l’issue d’une réunion de crise à l’Elysée sur la situation à Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Edouard Philippe annonce un important déploiement de l’armée sur place dans les jours qui viennent. Après le passage de l’ouragan Irma, les deux îles vont subir les effets de José, ouragan de catégorie 4 qui passera au plus près cette nuit.

L’armée

« Compte tenu de la difficulté de la situation, nous avons pris la décision d’augmenter le nombre de forces projetables sur les deux îles, c’est la raison pour laquelle trois escadrons de gendarmerie mobile seront dépêchées sur Saint-Martin. Deux escadrons arriveront dès dimanche et seront opérationnels dès lundi » annonce Edouard Philippe alors que de très nombreux actes de pillages sont rapportés par les habitants.

Ces forces représentent « 240 gendarmes supplémentaires auxquels vont s’ajouter des moyens militaires avec la mobilisation de trois compagnies ». L’une d’elle arrivera de Guyane et sera sur place lundi. Le Premier ministre annonce également « l’envoi d’un détachement du GIGN (30 hommes ) et d’un détachement du GIPN (15 hommes) ».

Déjà sur place

« D’importants moyens sont d’ores et déjà sur place, a-t-il rappelé. 410 gendarmes, 80 policiers et une centaines de militaires du 33e régiment d’infanterie de marine assurent, dans des conditions difficiles, la sécurité des populations des îles de St-Martin et St-Barth. 550 sapeurs-pompiers militaires de la sécurité civile complètent le dispositif pour venir en aide à la population ».

Prison

Le Premier ministre assure également que l’Elysée est en relation permanente avec les autorités néerlandaises. Selon lui, « l’information selon laquelle la prison de Saint-Martin côté néerlandais serait détruite et qu’il y aurait eu des évasions, n’est pas avérée ».

Situation sanitaire

Edouard Philippe avoue que la situation sanitaire est délicate. « Les personnes devant être évacuées en urgence l’ont été », affirme-t-il, mais « il reste des blessés à traiter et l’hôpital de Saint-Martin est endommagé ». Le Premier ministre assure que les stocks d’eau et de nourriture sont sur place, mais que les conditions de distribution à la population sont difficiles.

Edouard Philippe a également précisé que l’acheminement de médicaments était une urgence. « Huit des 11 pharmacies sont détruites, les autres ont été pillées, il faut acheminer rapidement des médicaments », a expliqué le Premier ministre citant notamment l’insuline pour les diabétiques. Ces médicaments devraient arriver de Guadeloupe dès dimanche.

L’arrivée de José

Face à l’arrivée de l’ouragan José, Edouard Philippe note qu’il passe plus au nord que prévu des îles Saint-Martin et Saint-Barthélémy, « une nouvelle plutôt bonne ». « Mais il sera intense avec des vents d’environ 120 km/h, il devrait provoquer des pluies diluviennes et une forte houle avec des creux de sept mètres ».

Dans ces conditions, il ne sera pas possible de quitter les îles par voies aériennes ou maritimes avant dimanche 12h, heure locale. Le trafic maritime et commercial pourrait reprendre dès lundi matin et permettre aux sinistrés de rejoindre la Guadeloupe.

Source : France Info